Les parents de Souleymane inconsolables: ‘’C’est la BAC qui l’a tué chez nous… ’’

Les parents de Souleymane Barry

CONAKRY-Des agents de la Brigade anti-criminalité numéro 13 sont accusés d’avoir tué hier soir le jeune Souleymane Barry. Les parents de la victime sont inconsolables.

En chaudes larmes, sa mère rencontrée à son domicile à Wanindara a déclaré que son fils a été tué par des agents de la Brigade anti-criminalité (BAC) alors que son père lui affirme qu’ils ne pardonneront pas les auteurs.

Selon des témoignages des proches, Souleymane Barry né à Wanindara il y a 13 ans a été fusillé à bout portant à l’abdomen par des agents de la BAC 13  chez  lui à 18 heures. Sa mère a été également touchée par une bombe lacrymogène tirée par les forces de maintien d’ordre qui ont fait irruption dans leur domicile.

Fortement affectée par cette grande perte, madame Fatou Barry assise sur une chaise, les yeux figés, dénonce en sanglot  le meurtre horrible de son fils. « Regardez ce que j’ai eu. Mon enfant est mort, (pleure…). La BAC a tué mon fils devant chez nous alors qu’il n’a fait aucun mal. Regardez… on a tué mon bébé », a sangloté Fatou Barry.

Je l’ai laissé vivant, je reviens trouver son cadavre

Son père  est aussi sous le choc. Boubacar Barry dit n’avoir pas pardonné les auteurs de ce crime.

« De retour de mon voyage à Dalaba, j’ai appris qu’on a tiré sur mon fils à 18 heures.  On a essayé dans les cliniques, mais c’était impossible de le sauver. Il avait perdu beaucoup de sang finalement il a rendu l’âme.  Je ne pardonne pas ceux qui ont tué mon fils.  C’est la Bac qui a tiré sur mon fils au niveau du ventre », a raconté Boubacar Barry en larmes.

Ce père de famille réclame la justice de Dieu. « Je ne vais rien réclamer à la justice guinéenne parce qu’il y a l’impunité. Beaucoup de jeunes sont morts dans les mêmes circonstances, mais rien n’a été fait pour rendre justice à ces innocents. C’est inutile.  J’aime mon fils et  j’étais fier de lui. Il était quelqu’un de bien et il me rendait service quand j’avais besoin de lui.  Il étudiait bien à l’école française et coranique. Je ne vais pas porter plainte.  Dieu va juger. J’ai laissé mon enfant vivant à la maison et je reviens trouver son cadavre », s’exclame le papa de Souleymane Barry.

Bah Aissatou

Pour Africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

 

Créé le 21 février 2020 16:58

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces