Législatives en Guinée : Le gouvernement invite les acteurs politiques à accepter les résultats

gassama_invite

CONAKRY- [B]Alors que les premiers résultats sont attendus mercredi, le gouvernement guinéen invite déjà les acteurs politiques à "accepter le verdict des urnes" pour éviter des violences dans le pays.Reportage.[/B]

De Kaloum à Ratoma via Dixinn, le ministre des droits de l’Homme et des libertés publiques, Gassma Diaby a sillonné plusieurs bureaux de vote, pour constater le déroulement du scrutin, a assisté Africaguinee.com.

Partout où le ministre est passé, dans l’ensemble, le scrutin se déroule dans la sérénité et le calme.

Ainsi, si à l’école primaire Fredérico Mayor le processus se déroule normalement, par contre, à l’ENI de Téménétaye où 6 bureaux de vote étaient prévus, les citoyens se sont retrouvés avec 5 bureaux de vote. Ce qui pose des difficultés pour certains de retrouver leur lieu de vote. 

Après cette tournée marathon Gassama Diaby, visiblement gaie, déclare que le jour de vote c’est un jour particulier. Pour lui, on ne doit pas se regarder en chien défaillance. Car, ajoute-t-il, ce n’est pas un jour de guerre ou d’hostilités.

« C’est un jour de liberté. Pour le reste, nous constatons que ce pays vient de loin. Il y a des difficultés administratives, institutionnelles et même culturelles. C’est un peuple qui n’est pas tout à fait habitué à voter depuis un long moment.  Nous espérons, d’après les premiers constats, les choses se passent bien, avec les difficultés qui sont liées à ce pays. Notre souhait est que les choses se passent dans le respect des uns et des autres, dans le respect de la loi afin de tourner la page pour affronter les défis essentiels de ce pays ».

Sur le plan de la mobilisation, le ministre des droits de l’Homme dira que « cette affluence des guinéens pour voter est aussi l’expression de leur volonté à ce que ce pays s’atèle à des problèmes sérieux  et profonds. Nous allons avoir d’autres élections, et les guinéens ont envie de dire par cette mobilisation, quelles que soient les obédiences politiques, nous voulons maintenant que vous vous occupiez de nous. Le peuple veut être entendu et écouté. J’espère que tous les responsables politiques et publics entendront ce message, parce que sinon, c’est la démocratie elle-même qui est menacée ».
Parlant des difficultés signalées et de l’acceptation des résultats qui seront proclamés, le ministre invite les délégués des partis politiques de veiller au déroulement strict du processus.

« Une élection s’organise, c’est pourquoi j’ai dis aux délégués des partis politiques, c’est maintenant qu’il faut contrôler. Ils doivent voire s’il y a des anomalies, c’est maintenant qu’ils doivent signaler,  pour faire en sorte que les choses soient corrigées. Vous savez, quand vous organiser un scrutin, il y a absolument un gagnant et un perdant. Mais si on va à un scrutin en se disant qu’il est forcément le gagnant, et que l’autre est perdant, c’est que le scrutin n’est pas bon. Donc c’est un débat dans lequel je ne rentre pas ».

Et Gassama Diaby de marteler : « Il faut accepter le verdict des urnes, mais il faut veiller à ce que les gens soient fidèles au choix du peuple. Effectivement, s’il y a différence entre le verdict des urnes et le choix du peuple, il n’y a pas de démocratie. Mais le verdict des urnes comme on le sait, à part le dépouillement et le comptage, tout ce qui doit être fait doit être fait en amont : contrôler le processus, regarder que les gens ont voté, qu’on n’a pas encore empêché quelqu’un de voter, et qu’on compte ce qui a été voté. Pour le reste, les uns et les autres doivent respecter le verdict des urnes », insiste-t-il.

Nous y reviendrons !

  Aliou BM Diallo
   Pour Africaguinee.com
   (+224) 664 93 46 24 

 

Créé le 29 septembre 2013 13:39

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

RAM

SONOCO

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces