Justice en Guinée : Pourquoi Toumba Diakité court toujours ?

Le Commandant Toumba Diakité

CONAKRY- Alors que le procès sur les massacres du 28 septembre 2009 est attendu en 2017, une énigme reste encore : Où est le Commandant Toumba Diakité ?

Celui qui est considéré comme étant l’un des « meneurs » de l’assaut contre les militants des forces vives qui étaient sortis massivement pour dénoncer la potentielle candidature du Capitaine Dadis Camara reste toujours introuvable. Depuis l’attentat manqué son son mentor en 2009, Toumba Diakité court toujours.

Le témoignage de l’ancien aide de camp de Dadis Camara est pourtant réclamé par les organisations de défense des droits de l’Homme.

Toumba Diakité aurait pourtant été aperçu récemment dans un pays voisin. Certaines sources rapportent que cet ex aide de camp de Dadis Camara vit à Dakar. Avec un nouveau look, Toumba Diakité se serait refait une nouvelle vie. Malgré la distance, il garde tout de même contact avec ses proches. Dans sa famille, il communique avec ses sœurs, tout le monde ou presque. A l’aéroport, non loin du camp Alpha Yaya de Conakry, vivent les siens. Ses proches disent être en contact avec lui mais refusent toujours de dire où se trouve Toumba Diakité.

Dans une interview exclusive qu’il avait accordée à notre rédaction au mois d’octobre 2014, le Commandant Toumba Diakité disait craindre pour sa sécurité en Guinée.

« C’est contre le gré de quelqu’un que de vivre en dehors de son pays. Mon souhait est de retourner dans mon pays. Là où je suis, je ne crains pas pour ma sécurité. C’est pour cela je dis aux organisations internationales de faire beaucoup attention. Puisque moi, je ne vais pas accepter que quelqu’un m’arrête. Même si c’est un camion (de militaires, Ndlr) qui vient, je n’accepterais pas que quelqu’un m’arrête et me remette à mes ennemis. Je ne l’accepterais pas. Si l’on se hasarde à le faire c’est une autre histoire qui sera tracée encore », avait-il confié à Africaguinee.com.

Le Ministre de la justice pourtant lui est formelle. Toutes les personnes impliquées dans les massacres du 28 septembre 2009 seront entendues. Maître Cheick Sako promet l’ouverture du procès en 2017. Pendant ce temps, la Cour Pénale Internationale et les organisations de défense des droits de l’Homme continuent à mettre la pression sur les autorités de Conakry.

 

Ahmed Tounkara

Pour Africaguinee.com

Créé le 30 septembre 2016 16:16

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: