Jean marie Doré: ‘’si les morts de Conakry sont plus chers que les morts de N’zérékoré, alors…’’

Jean Marie Doré

CONAKRY-Suite au drame de la plage de Taouyah, les réactions  se multiplient. Le président  de l’Union pour le Progrès de la Guinée (UPG), condamne la réaction disproportionnée du gouvernement guinéen sur les drames qui endeuillent la Guinée. Jean Marie Doré pense qu’entre le drame de Trouyah où il y a eu 34 morts et la tragédie survenue lors du conflit intercommunautaire à N’zérékoré (200 morts), il n’y a pas lieu de faire des distinctions, a appris Africaguinee.com.


« Je constate dans cet  événement une distinction que le gouvernement a fait  pour le moins très choquante. Il est évident que le gouvernement a pris des dispositions pour honorer la mémoire des enfants. C’est bien. Je souscris à cela. J’applaudis ces mesures et les prières organisées.  Mais,  il s’est trouvé  qu’à N’zérékoré, il y a plus de 200 morts.  Des Koniankés  et Guergés.  On n’a pas voulu honorer leur mémoire.  On a enterré  tous les corps dans une fosse commune. Entre 200 morts à Nzérékoré et 34 morts à Conakry,  je pense que ce n’est pas nécessaire de faire la distinction », a dénoncé le leader de l’UPG.

Selon l’ancien Premier ministre, c’est tout ça qui empoisonne l’ambiance nationale et  retarde la compréhension de  l’objectif commun, qu’est l’unité nationale.

« On ne peut pas bâtir l’unité nationale dans la confusion des gens. Il faut que ce qui est bon à Labé le soit à Kankan, le soit aussi à N’zérékoré, Kindia et Boké. Mais,  si les morts de Conakry sont plus chers au cœur du gouvernement que les morts de N’zérékoré, il y a  là  à s’étonner », s’exclame-t-il.

Tout de même,  Jean Marie Doré s’émeut du drame de Taouyah et  souligne que c’est un moment très difficile pour la Guinée.  

« Il faut mettre entre parenthèse ces dissonances  pour se concentrer sur la façon de célébrer la mort d’enfants innocents. C’est une grande tristesse qui frappe chaque guinéen en particulier. Parce que c’est une grande frustration dans nos richesses humaines surtout la ressource d’avenir puisque, c’est la jeunesse  qui est concernée en masse », a-t-il regretté.

Jean Marie Doré  a accusé  le gouvernement d’avoir  une grande  part de responsabilité  en ce sens que la Guinée a adhéré à des conventions  internationales sur la protection des enfants. Cela l’autorise à intervenir sur la présence  des enfants  dans le cadre espèce.

« Le gouvernement n’a pas pris de mesures préventives.  Qu’il  soit sollicité ou pas son premier devoir, c’est  d'assurer la sécurité des citoyens.», a-t-il soutenu.

Enfin, l’ancien premier ministre a indiqué que le précédent drame (allusion faite au drame survenu en Janvier à Lanbanyi) pouvait instruire le gouvernement que tout rassemblement comporte des dangers. C’est pourquoi dit-il, la responsabilité est partagée avec les parents et mêmes les organisateurs.

BAH Aissatou

Pour africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

 

Créé le 1 août 2014 15:00

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces