Jean-Marie Doré de l’UPG: « la présidence de l’assemblée est taillée à ma mesure… »

jean_marie_d

CONAKRY-Même s'il conteste vigoureusement les résultats provisoires des élections législatives, Jean-Marie Doré se positionne déjà pour la présidence de l'assemblée nationale.L'ancien chef du gouvernement de transition qui dirige l'Union pour le progrès de la Guinée (UPG) prépare également un recours devant la Cour suprême pour dénoncer "le vol de suffrages" dont il se dit victime notamment dans la région forestière.Il s'est confié à notre reporter à Conakry.Entretien exclusif!

  Africaguinee.com : quelles analyses faites-vous des résultats provisoires publiés la semaine dernière la commission électorale nationale indépendante (CENI) sur les élections législatives ?

Jean Marie Doré :  Ces résultats ne correspondent pas à la réalité du terrain. Ce qui est dramatique, c’est que ces élections qui devaient permettre de situer chaque parti sur l’échiquier, se soldent par une confusion supplémentaire à cause de toutes les variantes de la fraude des résultats qui ont faussé donc la répartition des forces politiques. Et je pense bien que la Cour Suprême qui est dotée de larges pouvoirs va s’investir après étude de la situation du dossier, corriger les faiblesses, les insuffisances pour approcher au moins un peu la réalité, la valeur de chaque parti sur le terrain.

  Aficaguinee.com : vous estimez donc que s’il n’y avait pas eu de ‘’fraudes’’ comme vous le dites, votre parti, aurait eu plus de députés ?

Ah oui ! Nous avions calculé sur 25 députés. Pour nous on devait avoir vingt cinq députés, on devait avoir l’uninominal de Beyla et avoir largement un grand nombre de suffrages sur la proportionnelle. A Lola on devait avoir largement l’uninominal et largement sur la proportionnelle, de même qu’à N’zérékoré qui est notre principal réservoir, Yomou, Macenta, Guéckédou, Kissidougou même si nous n’obtenions pas l’élection des candidats à l’uninominal, on aurait gagné largement sur le plan de la proportionnelle. A Faranah, vous avez vu notre avancée, Mamou ce n’est pas une zone où nous sommes forts mais d’après nos évaluations avec l’assise du parti, je ne dis pas qu’on aurait été premier ou deuxième, mais on aurait eu des résultats largement significatifs comme à Matoto et dans les autres circonscriptions électorales. Mais le cafouillage organisé intentionnellement  par M. Bakary Fofana  nous a fait beaucoup de tort surtout que le président du Rassemblement du peuple de guinée  (RPG, parti au pouvoir) avait dit publiquement qu’il a deux bastions (la forêt et la haute Guinée). Il  fallait donc que les résultats démontrent qu’il est le seul là-bas. Et donc pour se conformer à ces déclarations, la CENI sous la férule de M. Bakary Fofana s’est arrangée pour que notre parti soit réduit au strict minimum.
Comment voulez-vous que le pays marche dans la confiance quand vous organisez artificiellement  des résultats comme ça ? Ça ne peut pas aller. Je l’ai toujours dit, il n’est pas nécessaire que le parti au pouvoir ait la majorité à l’assemblée parce que tous les guinéens désirent que leur pays avance. Ce serait criminel de la part d’un parti que de vouloir, parce qu’il n’est pas au pouvoir d’empêcher le fonctionnement régulier d’un gouvernement. Donc je n’aime pas qu’on doute du patriotisme des autres. Notre parti comme beaucoup d’autres ont souffert de cette tricherie honteuse. C’est vraiment comme une lèpre sur le front de la Guinée. Comment on peut manipuler les résultats à ce point qu’on arrive à fausser le jeu démocratique, le jeu de l’équité, de la justice ? La paix dans un pays repose sur la pratique de la justice. Si on bâti une nation, même si on fait des gratte-ciels de mille étages, s’il n’y a pas la justice, il s’écroulera comme des châteaux de sable.

Moi je suis un parti du centre mais je n’accepte pas ce qui est en train de se passer. C’est pourquoi je donne ma voix à l’opposition non pas pour faire la guerre au gouvernement, mais pour que par les théorèmes que nous posons, le gouvernement s’appuie sur ces théorèmes là pour qu’il y ait la libération de l’énergie créatrice des guinéens. Mais si une partie est contrainte, alors forcément elle ne produira pas les fruits sucrés.

 Africaguinee.com : vous accusez le président de la CENI d’avoir frauder en favorisant le parti au pouvoir, mais pour autant votre parti était quand même représenté au sein de cette institution que vous décriez…

Non ! Vous ne comprenez rien ou bien vous faites semblant de ne pas comprendre. J’ai un seul représentant ( à la CENI). Le pouvoir est dans les mains du président de la ceni. Si vous vous souvenez, il est arrivé à un moment ici où le président de la CENI ne respectait pas les décisions de la plénière… M. Bakary a pris une partie des pouvoirs de la CENI qu’il exerce en catimini, il se cache comme un Donzo de la forêt sacrée pour manipuler, pour violenter la conscience des gens, pour réduire la Guinée à une sorte d’Haïti. Donc ici le mal est parti de la CENI. Je vous donne un exemple : la CENI a juré Urbi et Orbi devant la communauté internationale, devant nous, à la maison commune des Nations-Unies qu’en quatre jours elle peut corriger toutes les anomalies. Or elles étaient totales et entières. C’est un mensonge pour lequel on devrait les mettre au fer. Et ce qu’il y a de pire, c’est qu’il a tellement combiné avec Sabary de tromper les gens pour arracher leur victoire qu’il a fini par nuire même à la mouvance présidentielle. Parce que la projection de la mouvance présidentielle était de se situer entre 76 et 80 députés. Or, aujourd’hui la mouvance est réduite à vouloir trouver à l’arrachée, au forceps des alliés parmi les gens auxquels on a donné intentionnellement un (1) député. Ce n’est pas bien. Parc e que, que ce soit l’UPG, l’UFDG, l’UFR ou le PEDN de monsieur Lansana Kouyaté, chacun est capable à son poste et avec le gain issu des suffrages de faire quelque chose pour la Guinée, à condition d’avoir foi en la Guinée. Si vous n’avez pas confiance aux guinéens, ce n’est pas la peine de gouverner. Et vous ne pouvez jamais avoir tous les guinéens à genou devant vous.

  Africaguinee.com : vous revendiquez la forêt comme étant votre principal bastion, or on voit qu’avec les résultats annoncés par la CENI le RPG arc en ciel a quand même réussi à se tailler la

Le RPG n’a pas réussi, il a pris. Quand vous parlez comme ça, vous ne contribuez pas à la clarification. Le RPG a volé avec la complicité de la CENI, nos suffrages. A Mandiana, à Kérouané, à Kankan même à Lola où nous avons l’uninominal on a été volé. Comment vous imaginez que le nombre de suffrages du candidat à l’uninominal et de la liste nationale soit à peu près la même chose, mais qu’en même temps 15.000 bulletins du candidat à l’uninominal aient été invalidés. Comment vous pouvez comprendre ça ? Cela  montre qu’ils ne savaient même pas voler et effacer les traces. Je proteste violemment, le RPG a volé, il a usurpé. Et je compte bien que la Cour Suprême va nous restituer les suffrages que nous avons eus en forêt, sinon je n’aurais plus confiance en la cour suprême. Pourtant je suis très respectueux des institutions, mais il ne faut que sous couvert d’une institution juridiquement indépendante, on vienne couvrir un tas de choses puantes avec un semblant de parfum. Ce n’est pas comme ça. On nous a volé en forêt, ça c’est clair et net.

 Africaguinee.com : vous estimez qu’on vous a volé, alors seriez-vous d’accord qu’on annule le scrutin dans sa totalité ou partiellement ?

Si la totalité est fausse, je ne vois pas comment il faut prendre une partie ! C’est toute la Guinée qui s’est ressentie de cette fraude là !   On est dans une situation vraiment qui n’honore pas la Guinée, qui n’honore pas tous les guinéens quels qu’ils soient, quelque soit leur bord. On n’est pas fier de se trouver trois semaines après les élections dans une situation comme ça…

  Africaguinee.com : est-ce qu’à ce jour votre parti a introduit des recours de contestation à la Cour Suprême ?

Nous sommes en train de voir ce que nous allons faire.

 Africaguinee.com : si ces résultats sont confirmés par la Cour Suprême, envisageriez-vous de briguer la présidence de l’assemblée nationale ?

Est-ce que vous voyez quelqu’un d’autre de plus capable que moi pour diriger ça ? L’institution est taillée à ma mesure, voilà.
  Africaguinee.com : quelles vos chances ?

Je pense que tout guinéen conscient votera pour moi pour qu’on sauve ce qui  peut être sauvé de ce pays.
 
  Africaguinee.com : votre mot de la fin ?

Ce qui vient de se passer chez nous n’est pas bien. Ça donne une image déformée de notre pays qui n’inspire pas confiance au dehors. Or aujourd’hui aucun  pays ne peut se développer par ses propres moyens surtout en Afrique. Il faut que les gens aient confiance à nos institutions, il faut que nos institutions soient solides et qu’elles soient défendues par tout le corps des citoyens. Ce n’est pas pour attaquer un régime ou défendre un régime, pour moi on a un gouvernement et un président de la république, il faut les obliger à faire bien leur travail.

Mais si on montre que nous sommes un pays qui vit des rapines financières, des rapines électorales, ce n’est pas bon. Qui va venir déposer des dollars dans un pays voué à la magouille électorale, à la magouille financière, à des compromissions économiques ? Donc je pense que la ligne frontière infranchissable entre ces figures de mal que j’ai citées et un avenir meilleur doit être cette élection législative. Il faut valoriser nos institutions en cultivant la confiance des citoyens.

  Interview réalisée par Diallo Boubacar 1
pour Africaguinee.com
Tel : (00224) 664 935 132

 

Créé le 24 octobre 2013 19:16

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

GAC recrute trois (3) superviseurs mine…

jeudi, 11 juillet 24 - 5:43 pm