Immigration clandestine : Des centaines de guinéens séquestrés en Libye (Témoignage exclusif)

Image d'archive

TRIPOLI- Des centaines de ressortissants de pays ouest-africains dont des guinéens sont séquestrés par des groupes armés en Libye, a appris Africaguinee.com.

Selon nos informations, ces groupes armés exigent des rançons aux candidats à l’immigration clandestine qui passent par les côtes libyennes pour rejoindre l’Europe, avant leur libération. Plusieurs centaines de guinéens qui désirent rallier l’Europe à partir des cotes Libyennes feraient partie. Ils sont séquestrés dans des camps situés dans les zones contrôlées par des rebelles (Saba, Tripoli, Benwalide, Misrata) depuis la chute du régime de Kadhafi.

« Ce n’est pas dans les unités de gendarmerie et de police qu’on amène les gens. C’est plutôt dans des cours fermées.  Il faut être en Libye pour comprendre les réalités, moi j’ai été victime de séquestration dans la première ville libyenne après le Niger, c’est Saba. C’est par la grâce de Dieu que j’ai pu m’échapper de leurs mains pour traverser clandestinement et atteindre l’Italie. Quand j’ai fui Saba, je suis allé à Tripoli pour traverser le 12 décembre 2015 alors que j’ai quitté la Guinée au lendemain des élections du 11 octobre, le 14 précisément en passant par le Mali et le Niger » a déclaré un jeune guinéen qui est resté pendant plusieurs jours dans les mains de ces groupes armés.

Selon ce jeune immigré guinéen, les rebelles exigent à chaque représentation diplomatique qui aurait des ressortissants dans leurs mains, à leur verser un montant équivalent à un peu plus de 100 euros pour obtenir leur libération.

« On dénombrait au moins près d’un millier de personnes, parmi eux un nombre important de guinéens. Pour être libre il faut verser un montant équivalent à 1.000.000 de francs guinéens, et pour négocier il faut une autorité de ton pays. Soit l’ambassadeur ou le consul, un citoyen simple ne peut pas le faire même s’il vient avec l’argent, on retire son argent et on le met dedans. Dans ces circonstances seule l’ambassade du Sénégal aide ses compatriotes à se libérer après avoir exhibé des preuves de nationalité de leurs ressortissants. Il y a eu certaines familles guinéennes qui ont compris que leurs enfants sont détenus en Libye, mais i n’y a aucun contact par qui passer pour payer la somme exigée pour les libérer. Les banques ne fonctionnent pas, on dit que  depuis  la chute de Kadhafi avec l’instabilité du pays, les banques sont donc fermées. Ce qui fait que il n’y a pas de recours si ce n’est pas les autorités » poursuit notre interlocuteur.

A en croire aux témoignages de ce jeune guinéen, il y a une complicité entre les passeurs et ces groupes armés.

« Il y a une complicité entre les passeurs et ces rebelles armés, tu peux échanger avec un passeur pour ta traversée et qu’il te conduise dans une cour remplie d’hommes armés qui lui donnent une somme qui avoisinent 500.000 francs guinéens, ces hommes armés aussi exigent près d’un million pour ta liberté, c’est comme ça, moi j’ai eu la chance de me cacher et m’enfuir avec un autre ami qui a été rattrapé finalement » témoigne t-il.

 

Alpha Ousmane Bah

Pour Africaguinee.com

Tel. (00224) 657 41 09 69

 

 

 

 

Créé le 13 mars 2016 19:53

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

GAC recrute trois (3) superviseurs mine…

jeudi, 11 juillet 24 - 5:43 pm