Guinée : vers la transformation de l’ENPT de Kipé en École Nationale du Numérique…

Les ministres de l’Enseignement Technique, de la Formation professionnelle et de l’Emploi, Alpha Bacar Barry et des Postes, Télécommunication et de l’Économie numérique, Ousmane Gaoual Diallo

CONAKRY-Les ministres de l’Enseignement Technique, de la Formation professionnelle et de l’Emploi, Alpha Bacar Barry et des Postes, Télécommunication et de l’Économie numérique, Ousmane Gaoual Diallo ont lancé, ce lundi 20 mars 2023, l’atelier sur la « transformation de l’ENPT de Kipé en École Nationale du Numérique ». La cérémonie de lancement a réuni dans un réceptiff hôtelier de place, des partenaires techniques et financiers, des cadres venus des secteurs privé et public, a constaté sur place Africaguinee.com.

Fruit de la coopération Guinéo-allemande, l’École nationale des postes et télécommunication (ENPT) de Kipé, a été créée par le décret D 141/PRG du 29 avril 1970. Son objectif est d’assurer une formation pratique et théorique des ouvriers, des agents techniques et des aides-ingénieurs dans les différentes branches spécialisées de télécommunication. Le but est de satisfaire tous les besoins de la nation dans les domaines cités précédemment. Mais avant l’arrivée du CNRD (Comité National du Rassemblement pour le Développement) au pouvoir, elle était en déphasage avec le secteur l’économie numérique mais aussi surtout avec les besoins du marché en termes d’emploi.

A en croire le ministre des Postes et télécommunication et de l’économie numérique, l’École nationale des postes télécommunications a depuis sa création, formé de nombreux cadres dans différents secteurs dont entre autres : la radio, la transmission, la communication en réseau, la maintenance, l’informatique et l’informatique industrielle. Toutefois, il apparaît clairement aujourd’hui qu’il existe une inadéquation entre ces filières et les besoins du moment dans un monde en perpétuelle évolution vers le numérique.

Le ministre des Postes, Télécommunication et de l’Économie numérique, Ousmane Gaoual Diallo
Le ministre des Postes, Télécommunication et de l’Économie numérique, Ousmane Gaoual Diallo

« Le thème choisi cette année à l’occasion de la célébration de la journée internationale des droits de la Femme qui porte sur le digital inclusif, en est une parfaite illustration. C’est pourquoi, le gouvernement de la transition par le biais du ministère de l’enseignement technique et de la formation professionnelle et de l’emploi et celui des postes, télécommunications et de l’économie numérique que je dirige, a initié ce projet de cadrage pour le brassage de l’école nationale des télécommunications en école nationale du numérique. L’objectif est de faciliter aux jeunes guinéens l’accès à l’emploi.

C’est dans cette dynamique que cet atelier de cadrage de l’école nationale des postes, télécommunications et de l’économie numérique est organisé pendant ces trois prochains jours. Ces participants vont donc se pencher sur des réflexions portant sur plusieurs thématiques notamment, sur le tablier retour d’information sur le numérique, le tablier sur les mesures du marché, un numérique d’identification des outils de formation et d’expression des partenaires d’information dans le but de donner aux jeunes guinéens des aptitudes professionnelles qui correspondent aux offres du marché de l’emploi », a expliqué Ousmane Gaoual Diallo.

Ce cadrage permettra aussi d’aboutir à une transformation qualitative de l’école nationale des postes et télécommunications et des programmes qui y seront enseignés, a dit le ministre. Pour y parvenir, poursuit-il, ces programmes doivent être en adéquation avec les nécessités et les réalités véritables d’une économie numérique à laquelle le pays aspire vivement et pour lesquels objectifs, le gouvernement de la transition ne ménagera aucun effort.

L’École nationale des postes et télécommunications, avant l’arrivée du CNRD au pouvoir, n’était nullement en conformité avec le secteur du numérique, a rappelé pour sa part le ministre de l’Enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi.

« Pour connaître les besoins de notre économie, il n’y a pas mieux que le secteur privé pour nous dire ce qu’il veut. Et c’est pour ça que nous avons invité tous les acteurs du secteur privé guinéen et international pour pouvoir nous dire exactement les attentes, les profils professionnels, les compétences dont ils vont avoir besoin maintenant et dans les 10 prochaines années. Cet atelier, c’est le début d’un projet déjà bouclé, finalisé pour que le numérique guinéen puisse commencer à écrire son histoire. Et ça va commencer par cet atelier. Cet atelier va cadrer nos besoins. Ce que nous allons offrir est très simple. A la suite de cet atelier, la transformation de l’école nationale du numérique est une toute petite partie de la construction du village numérique de Guinée. Nous voulons construire un village pour prendre en charge la question du numérique, du Jardin d’enfant à l’ université. 

Nous voulons également mettre en place des infrastructures pour l’accueil, l’encouragement, la formation continue, le renforcement des capacités, le laboratoire, le financement pour l’ensemble des parties prenantes du numérique en Guinée. La première phase de construction infrastructurelle va commencer à partir de la semaine prochaine, pour un financement de 10 millions de dollars Us. Parallèlement, à cette phase infrastructurelle, nous sommes en train de construire le contenu de cette école », indique Alpha Bacar Barry.

A l’intérieur de cette école, il y aura un profil de formation mais aussi des incubateurs, des laboratoires, des salles de formation et  de l’espace pour le secteur privé (espace de coworking…). « Nous voulons être au rythme du monde. Nous voulons participer au dialogue mondial sur le numérique. Nous voulons valoriser nos talents, nous voulons mettre tous nos atouts à contribution pour que la Guinée puisse attirer à la fois des investissements privés dans le domaine du numérique, mais aussi que la Guinée puisse exporter ses compétences dans le domaine du numérique. Cela pourrait peut-être équilibrer notre balance commerciale parce que nous aurons quelque chose au-delà de la bauxite à exporter. Mais aussi, cela permettra à notre diaspora et à notre secteur privé local de pouvoir s’internationaliser et embrasser la dynamique qu’il y a en Afrique de l’Ouest.

Douze mois vont suffire pour faire cette première phase de construction. Nous avons aussi mis douze mois à contribution sur financement du programme décennal de l’éducation pour continuer à affiner le concept et le contenu des formations qui sont déployées dans cette école. Dans douze mois, nous aurons rendez-vous encore sur le même site pour à a fois, inaugurer le côté infrastructurel (la première phase), mais aussi les premières cohortes de jeunes formés dans cette école », a annoncé le ministre de l’Enseignement Technique de la Formation professionnelle et de l’Emploi.

Les financements vont être dynamiques. Le gouvernement de Guinée, à travers son budget national et sur financement combine de l’ANSUTEN, l’ARPT, ministère de l’Enseignement technique, va démarrer les travaux. Le ministre Alpha Bacar Barry appelle à cet effet les autres partenaires techniques et financier à les rejoindre pour écrire une seule histoire. Il n’est plus question en Guinée d’avoir une dichotomie pour avoir une redondance sur les efforts, a laissé entendre monsieur Barry.

« Nous voulons avoir une seule marche qui sera dictée par le gouvernement de la république de Guinée. Les partenaires techniques et financiers, le secteur privé et tous nos amis vont suivre. Voilà ce que nous voulons», a précisé le ministre.

Le ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation professionnelle et de l’Emploi, Alpha Bacar Barry
Le ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation professionnelle et de l’Emploi, Alpha Bacar Barry

L’initiative d’organiser cet atelier avec l’appui financier du fonds commun aboutira à la définition et à l’implémentation de nouveaux parcours de formation permettant l’adaptation de l’école nationale des postes et télécommunications en école nationale du numérique. L’occasion a ainsi été saisie par les partenaires techniques et financiers pour féliciter le gouvernement d’avoir initié et inscrit cette question du numérique dans son programme et dans ses orientations. Le programme décennal de l’éducation et de la formation de Guinée pour la période 2019/2029 en fait une priorité.

« A travers le programme décennal de l’éducation et de la formation de Guinée, le système éducatif guinéen a pour tâche fondamentale de préparer des jeunes guinéens talentueux et capables de s’adapter aux évolutions des temps modernes. L’aptitude qui leur sera la plus indispensable reste la maîtrise des technologies de l’information, de la communication et du numérique (…). L’Unicef et l’Agence française de développement (AFD), contributeurs aux fonds communs et l’ensemble des partenaires techniques et financiers, que ce soit la GIZ, le PNUD et tous les acteurs qui sont au quotidien dans cette dynamique, expriment solennellement leur engagement à travers le ministère de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi pour promouvoir cette transformation numérique pour la république de Guinée, en contribuant à la mobilisation des énergies, des idées novatrices, des ressources pour agir sur la législation et poser des actions concrètes. Pour conclure, je souhaiterai que cet atelier permette de faire de l’école nationale des postes et télécommunications, une école nationale du numérique de référence pour la république de Guinée, pour la sous-région et pour le continent africain », a exprimé Hassimiou Diallo, représentant de l’AFD au nom des partenaires techniques et financiers.

Dansa Camara DC

Pour Africaguinee.com

Créé le 20 mars 2023 17:26

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_