Guinée : Pourquoi l’IGE garde le silence sur son rapport qui fait scandale ?

CONAKRY-Plusieurs entités étatiques épinglées par le rapport de l’Inspection Générale d’Etat ont crié au scandale, affirmant que les faits incriminés remontent à la gestion antérieure à l’avènement du CNRD (comité national du rassemblement pour le développement). Pour les dirigeants de ces entités, ils n’y sont pour rien. Ils accusent les rapporteurs de l’IGE d’avoir semé la confusion.

Alors que des interrogations fusent sur certains points contenus dans ce rapport, un journaliste d’Africaguinee.com s’est approchée de l’Inspection Générale d’Etat pour en savoir davantage. Là, un haut dirigeant de l’institution a confié :

« Nous sommes astreints au silence. C’est comme les magistrats, quand ils rendent une décision, il ne la commente pas. L’éthique et la déontologie ne nous permet pas de de commenter nos travaux. Nous avons prêté serment. Chaque année, nous présentons l’état de la Gouvernance du pays. Le rapport est transmis au Chef de l’Etat », a expliqué un responsable de l’IGE.

Une autre source approchée par Africaguinee.com a indiqué que le document qui a fuité n’est qu’une synthèse de travaux effectués. Il existe d’autres détails ne n’ont pas été rendus publics.

Dans son rapport sur l’état de la Gouvernance et la reddition des comptes a relevé des anomalies qui empêchent l’Etat de rendre un service public efficace aux citoyens. Au nombre celles-ci, il y a :

  • Le non-respect des textes législatifs et réglementaires dans le fonctionnement et l’organisation des organismes publics ;
  • La défaillance et/ou l’inexistence des systèmes fiables de contrôle interne dans les structures contrôlées ;
  • Le dysfonctionnement dans la gestion du personnel de l’Etat entrainant des rémunérations indues ;
  • Le non acquittement par certains organismes contrôlés de leurs obligations fiscales et sociales ;
  • La non justification de certaines dépenses exécutées.

A suivre…

Africaguinee.com

Créé le 22 juin 2023 11:40

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,