Guinée: multiplication des incidents, retard des résultats des législatives

alpha_cellou

CONAKRY-La multiplication d'incidents provoqués par le parti au pouvoir, donné battu dans la plus grande circonscription de Guinée, continuait samedi de retarder la publication des résultats complets des législatives deux semaines après le vote.

A ce jour, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a publié les résultats du scrutin du 28 septembre dans 37 circonscriptions sur 38 qui, selon la presse locale, donnent une légère avance au camp du président Alpha Condé. Toutefois, le mode de scrutin complexe (uninominal pour 38 députés, proportionnel au plus fort reste pour les 76 autres) rend toute projection aléatoire, selon des experts.

La publication des résultats est suspendue à des "vérifications" toujours en cours à Matoto, quartier populaire de Conakry et première circonscription électorale de Guinée avec 440.000 inscrits, où l'opposition est donnée en tête selon les premiers décomptes effectués sur place.

Mercredi, alors que la compilation des résultats était en cours de finalisation, le parti au pouvoir, le Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG), a exigé diverses "vérifications" mettant en "doute" la véracité des chiffres. Depuis lors, le RPG n'a cessé de multiplier les recours et incidents de séances, empêchant la poursuite des travaux, a constaté une journaliste de l'AFP.

Vendredi soir, les représentants de la mouvance présidentielle et du ministère de l'Administration territoriale ont annoncé leur retrait de la Commission administrative de centralisation des votes (CACV), chargée de réunir et transmettre les résultats à la Céni, bloquant les travaux.

Au cours d'une séance très houleuse, le RPG a accusé le président de la CACV, un magistrat, d'avoir "emmené chez lui pendant la nuit des procès-verbaux (PV) 'litigieux'". "Qui dit que vous ne les avez pas trafiqués ?", lui a lancé un des délégués du RPG, ostensiblement soutenu par certains commissaires de la Céni, instance paritaire composée de représentants de la mouvance présidentielle et de l'opposition.

Le magistrat, Victorien Rahba, dont la compétence avait pourtant été louée jusque-là par les deux camps, s'est défendu de toute mauvaise intention, invoquant la crainte des partis "que les PV soient manipulés pendant la nuit". Après plusieurs heures d'invectives dans le brouhaha, le magistrat a pour la première fois perdu son calme: "Je n'ai pas peur de la Céni! Je n'ai peur ni de Pierre, ni de Paul!", a-t-il lancé, rappelant avoir été "nommé par la Cour suprême" et ne répondre "que devant elle".

En fin de journée, les travaux ont été suspendus, sans même avoir commencé. Sur le trottoir, des militants du RPG distribuaient une photographie du président Rahba, dossier sous le bras, prise selon eux la veille au soir devant la mairie. "On est obligés de suspendre pour des raisons plus fortes que nous", se lamentait le rapporteur, Antoine Koulé-Cé, avant de s'engouffrer en compagnie du président Rahba dans un véhicule de police.

Créé le 13 octobre 2013 11:42

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces