Guinée : “Juste après l’explosion… 710 milliards Gnf sont partis”, révèle le ministre du budget

CONAKRY- Les pertes économiques enregistrées suite à l’explosion du dépôt national d’hydrocarbures sont énormes et seront difficiles à combler, à en croire les chiffres révélés ce mardi 6 février 2024 par le ministre du Budget.


Selon Dr Lancinè Condé, avant ce drame qui a coûté la vie à 25 personnes, la Guinée était sur une trajectoire ascendante avec des projections de croissances connues. Mais avec l’incendie, le risque est que cette trajectoire soit en dessous de la trajectoire initiale.

Là où nous attendions 6, on risque de descendre à 5 et là où nous attendions 5 on risque de baisser à 4. Il y a cet effet qui est en cours de consolidation et d’estimation. Au minimum, un point de croissance risque d’être perdu, au pire, on risque de perdre les acquis de la croissance. Le carburant ne vaut rien dans nos calculs du PIB sauf que quand je prends le secteur du transport, il affecte tout ce que nous faisons parce que lorsqu’il n’y a pas de transport les activités s’arrêtent et quand les activités s’arrêtent, moi je sais tout de suite que je vais manquer au trésor public 200 milliards GNF en une journée. Les impôts et taxes que je collecte par jour si je les perds, c’est à ce coût », a révélé le ministre du Budget.

Les conséquences économiques de l’explosion du dépôt pétrolier ont eu des effets immédiats sur les projections budgétaires. Pire, les recettes financières du dépôt sont parties en fumée à cause de l’incendie qui l’a ravagé.

Dès qu’il y a eu l’incendie, il y a eu un effet de ciseaux terrible et le premier effet de ciseaux c’est la perte des recettes, 410 milliards de perte des recettes. A l’instant même où il y a eu l’explosion 410 milliards sont partis. Ces 410 milliards c’est la taxe d’entreposage qui était payée pour déposer du carburant mais maintenant puisqu’ils ne déposent plus du carburant chez nous alors ils ne vont plus aussi nous donner les 410 milliards. Une autre dépense immédiate à l’explosion est qu’on n’a plus de capacité de stockage du carburant sur le sol guinéen. Je parle d’un dépot de carburant central. Donc c’est devenu une obligation de l’Etat de trouver le moyen de faire un dépôt en attendant que des privés soient intéressés et que l’Etat se retire pour ces privés », a ajouté Dr Lancinè Condé, révélant que « juste à l’explosion, 710 milliards (de recettes prévue) sont partis ».

A suivre…

Oumar Bady Diallo 

Pour Africaguinee.com

Créé le 6 février 2024 16:51

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,

RAM

SONOCO

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

Logo UNICEF