Gouvernance locale: le NDI renforce les capacités des élus locaux…

le Directeur Résident du NDI  en Guinée Paul Amegakpo

CONAKRY-Le National Democratic Institute (NDI) s’implique dans le renforcement des capacités des élus locaux en Guinée. Le mardi 13 novembre 2018, l’ONG a organisé un atelier de formation des formateurs à l’intention des femmes et des jeunes élus le 04 février dernier. Ces formateurs venus partout à travers la Guinée auront deux jours pour être dotés de nouvelles connaissances leur permettant à leur tour de renforcer les capacités des élus locaux qui sont en cours d’installation. Au cours de cette formation, ces formateurs auront la chance d’être formés  sur plusieurs thématiques à savoir : la décentralisation et la déconcentration, le rôle et attributions des organes communaux.


Avant d’expliquer les objectifs de cette formation, le Directeur Résident du NDI  en Guinée a donné les modules qui seront abordés durant cet atelier.

« Cet atelier a pour objectif de former les formateurs des conseillers élus. C’est des formateurs qui sont identifiés dans toutes les régions de la Guinée y compris Conakry afin de les préparer à encadrer le renforcement des capacités des femmes et des jeunes élus qui sont en cours d’installation. Cet atelier va durer 2 jours au cours desquels un certain nombre des modules seront abordés. Le premier module porte sur la décentralisation et la déconcentration puis le rôle et les attributions des organes communaux avec  tous les services qui collaborent avec les entités décentralisées. Il sera également abordé le processus de plan de développement local et en fin les notions sur les finances locales », a expliqué Paul Amegakpo.

Selon le constat fait par le Directeur résident de NDI, les jeunes et les femmes sont moins représentés dans les instances de prises des décisions en Guinée. D’où le choix porté sur cette catégorie de personnes, a-t-il expliqué.

« Le choix des jeunes et des femmes repose sur un constat qui montre que cette couche est assez marginalisée dans les postes de prise des décisions en Guinée. La moyenne ne dépasse pas 25% au niveau de toutes les instances. Que ça soit au niveau de l’exécutif, du législatif et d’autres services et institutions publiques. L’argument généralement avancé ce que ces femmes et ces jeunes n’ont pas la capacité requise pour pouvoir assumer ses fonctions. Et donc cette formation c’est justement pour leur donner les moyens de s’affirmer d’apporter un avantage comparatif et  les amener à se mettre en confiance et à contribuer réellement au développement local mais aussi à faire en sorte que désormais on puisse compter sur eux comme des acteurs incontournables du développement local », a indiqué M. Amegakpo.

Cette formation vient à point nommé. Les participants ont exprimé un sentiment de satisfaction de prendre part à ladite formation.

« Mon sentiment est immense parce qu’en tant que femme je vois qu’il y a des structures qui s’intéresse à l’émancipation de la femme guinéenne. Mes attentes c’est vraiment de renforcer mes connaissances que j’ai sur le terrain pour que je puisse léguer de bonnes informations à ces élus et que j’acquière des compétences, que je les transfère à ces élus pour que la tendance actuelle de la gouvernance locale soit changée de façon positive », a expliqué Bintou Kouyaté.

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le 15 novembre 2018 09:28

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

LafargeHolcim

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces