Gouvernance : Le ministre d’Etat Kerfalla Yansané fait le diagnostic de l’économie guinéenne

23538
CONAKRY- Le ministre guinéen en charge de l’économie et des finances a désapprouvé mercredi, le faible taux d’absorption du budget alloué aux différents secteurs de l’économie guinéenne durant l’année écoulée, a appris Africaguinee.com.
 
Kerfalla Yansané  s’est lamenté du fait que le budget d'investissement n'a pas pu être exécuté à cent pour cent cette année. « Au 30 juin, ce budget était exécuté qu'à 30 pour cent », précise l’argentier guinéen. Le ministre déclare qu’il a fallu des ‘’efforts énormes’’ pour atteindre les 50 pour cent à la fin de novembre. Car ajoute-t-il, « nous connaissons le cycle des projets qui sont également liés au cycle de notre climat. Qu’il s’agisse des routes ou qu’il s’agisse de l’agriculture ». 
 
  ‘’Tirer les leçons sur la subvention des produits pétroliers…’’
 
Parlant des reformes  attendus, le ministre d’Etat en charge de l’économie et des finances développe : 
 
 «  Le principe de la flexibilité des prix des produits pétroliers n’est pas encore entré en vigueur. Il ne faut pas croire que lorsqu’on parle de flexibilité cela veut dire qu’on doit toujours augmenter, non ! Il s’agit d’ajuster le prix du carburant en fonction de l’évolution des prix internationaux. Si les prix baissent à l’extérieur, on devrait également ressentir la même baisse chez nous, si les prix augmentent, comme nous ne sommes pas producteur de pétrole, nous devrions naturellement en ressentir les effets. Ces deux combinés, devraient normalement aboutir à une sorte de stabilisation. Il faut que nous puissions nous habituer à ces phénomènes qui sont universels.  Dans le passé, nous avons octroyé des subventions aux produits pétroliers. Ces subventions auraient pu être destinées à d'autres priorités, notamment l’éducation, la santé. Mais nous avons été obligés d'octroyer ces subventions. Je pense qu'il est temps de tirer les leçons pour faire en sorte qu'en 2014, nous revoyions comment gérer ce secteur ».  
 
  Recensement biométrique : les flèches de Kerfalla Yansané à son homologue de la fonction publique !
 
  L’autre aspect, c’est le recensement biométrique qui est lancé depuis 2010. Jusqu’à aujourd’hui, ce recensement n’est pas encore effectif. Et pourtant, depuis cette année, nous continuons à octroyer des augmentations des salaires, alors que nous devrions augmenter le salaire pour des effectifs réels qui existent. Mais comme le processus n’a pas été appliqué comme on le souhaitait, donc on donne cette augmentation à tout le monde, ceux qui travaillent, ceux qui existent et ceux qui n’existent pas. D’où ces difficultés que nous avons avec nos fonctionnaires. Là également, il faudrait que nous puissions tirer des leçons et faire en sorte que le recensement biométrique puisse être l’élément qui permette au pouvoir de compter nos fonctionnaires et accorder des augmentations de salaires en conséquence.
 
  « L'année 2014 s'ouvre dans un contexte plus favorable ! » 
 
  A mon avis, l'année 2014 s'ouvre dans un contexte plus favorable parce que nous avons cette échéance électorale importante derrière nous. Beaucoup d'événements étaient conditionnés à la tenue de ces élections, y compris la conférence des bailleurs d'Abu Dhabi et le décaissement du 10ème FED. D'abord, ce sont les retombées du PPTE et dont les effets vont continuer à se faire sentir. Notre ratio d'endettement qui était supérieur à 60 pour cent par rapport au PIB est aujourd'hui à 17 pour cent.  Ce PPTE dégage un espace fiscal qui devrait permettre au gouvernement de mieux appuyer le financement des secteurs prioritaires. 
 
Le deuxième élément favorable, c'est la conférence de l'OCI, qui marque le retour de la Guinée dans le concert des nations, ainsi que celle des investisseurs d'Abou Dhabi, qui a permis à la Guinée des intentions de financement estimées au minimum à six milliards de dollars. Mais au-delà de ces intentions, il y a la possibilité d'avoir des financements dans d'autres secteurs ».
 
  Aliou BM Diallo
   Pour Africaguinee.com
   (+224) 664 93 46 24
 
 
Créé le 21 décembre 2013 20:37

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: