Expulsion de 7000 migrants par l’Algérie :   Crainte d’une crise humanitaire dans un village nigérien

Les autorités locales et les ONG craignent une crise humanitaire et une recrudescence de la criminalité transfrontalière dans la ville d’Assamaka, ville nigérienne frontalière avec l’Algérie, après l’expulsion de plus de 7.000 subsahariens émigrés du territoire algérien au cours des quatre derniers mois.

Le ministre de l’Intérieur du Niger, Hamadou Amadou Souley, s’est rendu cette semaine dans le village frontalier, situé dans la région d’Agadez, pour s’informer de la situation humanitaire dans la zone après l’expulsion de plus de 7 000 émigrés subsahariens par les autorités algériennes.

« Depuis le début de l’année 2023, les expulsions de migrants ont atteint une dimension critique. 7 172 personnes ont été expulsées alors que la disponibilité des services sociaux de base (dans la zone) est très limitée. Cette forte concentration d’émigrés a pour corollaire une forte augmentation de la criminalité frontalière », a souligné le ministre nigérien.

Il a appelé les pays membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à accélérer le processus d’identification de leurs citoyens qui optent pour le programme de retour volontaire organisé par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

De même, Amadou Souley a appelé l’OIM à revoir ce programme qui, selon le responsable nigérien, fait partie des causes de ces « avalanches d’émigrés qui se rendent à Agadez dans le seul but de bénéficier d’une réinsertion socio-économique ».

De son côté, Alkassoum Ibrahim, membre de l’ONG canadienne International Emergency Aid Committee (CIUAD) – qui opère à Assamaka en coordination avec le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) – a expliqué par téléphone à EFE que ce blocus des migrants à Assamaka est dû à « un manque de ressources auquel l’OIM est actuellement confrontée ».

Selon lui, depuis janvier de cette année, plusieurs flux d’émigrants expulsés par l’Algérie arrivent constamment dans ce village.  Le dernier groupe arrivé était de 710 migrants, dont des femmes et des enfants, expulsés le 23 avril qui se trouvaient dans un état « d’extrême vulnérabilité », a déploré la CIUAD.

« Ce nouveau groupe, composé de citoyens des pays membres de la CEDEAO, a été abandonné par la police algérienne dans la zone du ‘point zéro’ en plein désert. Ils ont parcouru 15 kilomètres à pied pour atteindre Assamaka vers 3 heures du matin« , a-t-il expliqué.

Parmi les migrants, il y avait 298 Guinéens, dont quatre filles mineures, 138 Maliens, dont un mineur, 64 Nigériens, 56 Ivoiriens, et le reste venait du Burkina Faso, du Congo, du Nigéria, de Gambie, de Sierra Leone, du Cameroun et du Libéria.

TENSION ENTRE LES MIGRANTS ET LA POPULATION LOCALE

L’agent humanitaire précise que le seul centre d’accueil de l’OIM de la ville a une capacité de 1 000 personnes et accueille actuellement 1 400 émigrés. « Le reste des gens vivent dans les rues de la ville, ils se consacrent à la mendicité, à la prostitution et même au vol« , a-t-il déploré.

Les autorités locales nigériennes considèrent l’arrivée de ces contingents de migrants comme une menace pour la sécurité de la population locale d’Assamaka, estimée à moins de 3 000 habitants, et de toute la région d’Agadez.

Mahamadou Illa, un habitant d’Assamaka, a dénoncé dans des déclarations à EFE par téléphone que ces émigrés « tuent des animaux errants » et « agressent les habitants la nuit pour voler leurs biens ». Ce qui a entraîné des affrontements entre les émigrés et la population locale.

Face à cette situation, les autorités locales d’Assamaka ont mis en place une patrouille militaire nocturne à partir de 21h00 pour garantir la sécurité de la commune. Ibrahim a souligné qu’une autre association « COOPI » a construit trois nouveaux centres d’accueil dans le village pour recevoir environ 3.200 migrants.

« L’assistance à ces émigrés est assurée par Médecins Sans Frontières qui les aide avec une trousse de secours (couvertures, serviettes, savon, chaussures, etc.) et leur garantit eau et soins médicaux« , a-t-il ajouté.

Cependant, pour les autorités locales, elles sont plus préoccupées par le problème de sécurité et exhortent l’OIM à trouver une solution.

« Agadez ne peut pas continuer à supporter seul ces flux interrompus d’émigrants revenus d’Algérie », a récemment critiqué le président du conseil régional d’Agadez, Mohamed Anako.

L’expulsion des émigrés d’Algérie n’a pas été évoquée entre les autorités des deux pays lors de la dernière visite du ministre algérien des Affaires étrangères, Ahmed Attaf, jeudi et vendredi derniers à Niamey.

Avec EFE

Créé le 30 avril 2023 20:16

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,

RAM

SONOCO

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_