Droits des enfants : Le Gouvernement guinéen et l’UNICEF lancent le Partenariat Africain pour l’Enfance…

whatsapp_image_2022-12-23_at_17

CONAKRY- Avec l'appui de l'UNICEF (Fonds des Nations-Unies pour l’Enfance), le Gouvernement guinéen a lancé ce vendredi 23 décembre 2022, le Partenariat Africain pour l'Enfance (PAE), une initiative qui a pour finalité d'accroître la mobilisation des ressources internes publiques et privées à l'effet d'accélérer les progrès vers les objectifs de développement durable (ODD) pour les enfants. 

Singulièrement, le Partenariat Africain pour l'Enfance vise à développer, conduire et mettre en œuvre un modèle de financement innovant réaliste et concret en Guinée. 

C'est la Ministre de la Promotion féminine de l'Enfance et des Personnes Vulnérables qui a procédé au lancement de ce programme au nom du Premier Ministre du gouvernement de la transition.

Dans son discours, Aicha Nanette Conté a expliqué que cette initiative vient en réponse à la situation sanitaire et sociale des enfants dans le cadre de la refondation de la santé et de l'école guinéenne. 

"Le Gouvernement reste convaincu qu'il est urgent d'initier et d'accélérer des mesures de mobilisation de ressources domestiques à l'effet d'accroître les investissements en faveur de l'enfance pour atteindre les objectifs du Programme de Référence Intérimaire (PRI). Le choix du Gouvernement d'organiser le lancement du Partenariat Africain pour l'Enfance, réaffirme clairement l'engagement du Président de la Transition, d'assurer un bien-être social à tous les Guinéens en général et aux enfants en particulier", a expliqué la représentante de Dr Bernard Gomou à cette cérémonie.

La ministre de la Promotion Féminine de l’Enfance et des Personnes Vulnérables a ensuite rassurer les partenaires au développement de la détermination du Gouvernement de ne ménager aucun effort pour accompagner cette initiative.

"Au nom du Président de la Transition, je remercie chaleureusement l'ensemble des Partenaires Techniques et Financiers pour leur soutien constant aux actions de développement du Gouvernement, singulièrement I'UNICEF pour son soutien aux actions du Gouvernement dans le cadre de la prise en compte des questions de l'enfance pour la promotion d'un développement durable", a ajouté Aicha Nanette Conté. 

Pour sa part, le Représentant de l'UNICEF en Guinée a indiqué que le Partenariat Africain pour l'Enfance a pour but d'appuyer la Guinée à mobiliser des ressources domestiques additionnelles en vue d'accélérer les progrès vers l'atteinte des Objectifs de Développement Durable pour les enfants. L'initiative vise aussi à renforcer les capacités de l'administration fiscale pour accroître le taux de pression fiscale et générer des ressources domestiques supplémentaires.

"L'ambition est d'étendre graduellement ce modèle sur le reste du continent Africain, démontrant ainsi le leadership de la Guinée pour apporter des réponses et des solutions concrètes à la mise en œuvre du Plan d'Action d'Addis-Abeba sur le Financement du Développement et l'atteinte des ODD. Le Partenariat Africain pour l'Enfance part du constat que la Guinée enregistre une croissance économique parmi les plus fortes et soutenues du continent Africain. Les très bonnes performances économiques du pays sont largement portées par le secteur de l'exploitation minière. Malgré l'impact de la pandémie de COVID-19 en 2020, la Guinée a maintenu sa trajectoire de forte croissance (5,2 %) tandis que celle des pays de la CEDEAO a chuté de 4,9% sur la même période. 

Toutefois, les indicateurs de la situation sanitaire et sociale des enfants ne suivent ni le rythme de cette croissance économique ni celle de l'expansion démographique. Au contraire, certains indicateurs importants se sont dégradés aux dernières années. Par exemple, la couverture vaccinale des enfants contre la rougeole se dégrade depuis 2011, passant de 62% en 2011 à 47 % en 2021, soit la plus faible de la CEDEAO et bien en dessous de la moyenne des pays d'Afrique sub-Saharienne. Il est donc urgent d'accélérer la mobilisation des ressources domestiques et d'accroître les investissements pour financer les programmes nationaux en faveur des enfants et atteindre les objectifs ambitieux du Programme de Reference Intérimaire de la Transition (PRI 2022-2025). Aujourd'hui, la question de financer ces investissements est une préoccupation à travers la sous-région ouest africaine. Le Gouvernement de la Guinée l'a reconnue et a proposé, à travers le Partenariat Africain pour l'Enfance, un modèle innovateur pour mobiliser des financements additionnels pérennes et inscrits dans le budget national", a expliqué Dr. Pierre Ngom.

Dans la même lancée, il a affirmé que l'UNICEF salue vivement cette initiative qui met les enfants au centre des priorités du Gouvernement de la Transition. 

"Je réitère ici notre soutien au Gouvernement Guinéen, à travers le Ministère de l'Économie et des Finances, le Ministère du Budget et le Ministère de la Santé et de l'Hygiène Publique, à la mise en œuvre de Partenariat Africain pour l'Enfance en Guinée et à sa promotion au niveau des instances régionales et continentales. Le Partenariat Africain pour l'Enfance est la concrétisation d'une vision partagée et d'un engagement commun de l'UNICEF et du Gouvernement Guinéen d'œuvrer ensemble pour renforcer la vaccination contre des maladies qui peuvent entraîner le handicap ou le décès chez l'enfant, et pour revitaliser la lutte contre la malnutrition qui est la principale cause sous-jacente de la mortalité infanto-juvénile en Guinée", a laissé entendre Dr Pierre Ngom. 

Invité spécial à cette cérémonie, le Parlement des Enfants de Guinée a profité de cette rencontre pour attirer l'attention des autorités guinéennes sur des cas alarmants de violations des droits des enfants ces derniers mois en Guinée. 

"Il s'agit en particulier de la brûlure des mains d'un garçon de 11 ans par son père dans la préfecture de Mali; du kidnapping d'une fille de 8 ans sur la route de l'école, dont le corps a été retrouvé dans un puits à Macenta; de la fille de 13 ans déscolarisée par ses parents pour la marier à un octogénaire à Coyah. D'ailleurs, en la matière le Pays enregistre un taux de prévalence 46,5%. A ceux-ci s'ajoutent les nombreuses privations subies par les enfants au sein des familles et des communautés. Notons qu'un enfant sur deux vit dans un ménage pauvre et que seulement un enfant sur quatre a reçu les 3 doses de vaccins obligatoires", a rappelé la Présidente du Parlement des Enfants de Guinée avant de poser une doléance pour réduire cette tendance. 

"Nous sollicitons des allocations budgétaires importantes pour la mise en œuvre du Plan Stratégique National de Promotion de l'abandon du mariage d'enfants et des engagements de la Guinée pour mettre fin aux violences faites aux enfants", a sollicité Mariame Diallo.  

A suivre…

Oumar Bady Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel : (00224) 666 134 023

Créé le 24 décembre 2022 10:45

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: