Dossier du 28 septembre 2009 en Guinée : Vers une intervention de la CPI ?

Maître Cheick Sako, Ministre d'Etat chargé de la justice  Photo-Africaguinee.com

CONAKRY-Plus de six ans après le massacre du 28 septembre 2009 en Guinée, les victimes attendent encore Justice. Cette affaire qui avait coûté la vie à 157 civils, une centaine de femmes violée, est qualifiée de crime contre l’humanité.

Interrogé ce vendredi 1er avril 2016, sur le niveau d’avancement du dossier, le Ministre guinéen de la Justice a laissé planer quelques zones d’ombres quant à la date exacte du début du Procès. Cheick Sako a toutefois tenu à prévenir que si la Guinée ne prend pas sa responsabilité pour juger cette affaire, c’est la Cour Pénal Internationale (CPI)  qui va le juger.

« Le dossier du 28septembre, là aussi c’est un serpent de mer qu’on traine depuis 2009. On va trainer cette affaire jusqu’à ce qu’on puisse la juger. Je le dis solennellement on ne pourra pas s’échapper sur ce dossier. Certains pensent qu’on va passer par des subterfuges pour enterrer ce dossier. Non !  Si la Guinée ne prend sa responsabilité pour juger cette affaire, c’est la CEPI  qui va le juger. Ça c’est clair. Donc on ne peut pas y échapper », a déclaré le garde des sceaux guinéen,  interrogé par des journalistes de la presse locale.

Au moins quatorze personnes ont été inculpées dans cette affaire dont de hauts responsables de la hiérarchie militaire à l’époque des faits. Moussa Dadis Camara qui dirigeait la junte a été inculpé en juin dernier. Cheick Sacko indique qu’il y a eu beaucoup d’auditions, mais il reste encore.

« On va continuer, ça reste encore quelques auditions. Il y a eu plus de 400 victimes qui ont été entendues. Donc s’il plait à Dieu, vers la fin d’année, on va voir ce qu’on peut faire. Mais je vous rassure cette affaire connaitra un jugement dans une cour d’assise spéciale dans notre pays.  N’en déplaise aux apprentis sorciers dans notre pays, cette affaire sera jugée en Guinée. Je ne sais pas quand parce qu’il y a beaucoup de préalables. Si on ne le fait pas, la CPI va le prendre », a prévenu le ministre de la Justice.

Merci de suivre en vidéo les explications du ministre Sako…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : -00224- 655 31 11 12

Créé le 1 avril 2016 20:11

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: