Dansa Kourouma répond à ses détracteurs : « Même Dieu ne plaît pas à tout le monde…que les citoyens se ressaisissent »

CONAKRY-Alors que sa sortie à Luxembourg devant le parlement de la Francophonie fait polémique, le président du Conseil National de la Transition (CNT) a répondu à ses détracteurs ce samedi 11 mai 2024.

« Le CNT est un parlement dont les membres ont juré sur le coran et la bible. Nous ne sommes pas prêts à trahir les citoyens. J’ai fait la Mecque plus de quatre (4) fois, je sais ce que ça veut dire, jurer sur un livre saint. Je rassure le peuple de Guinée et lui demande de compter sur la représentation nationale. Tous ce qui se dit, ce sont des interprétations.

Lire aussi-Le message fort du Dr Dansa Kourouma à l’APF : « A quoi sert d’organiser des élections où les mêmes sont les gagnants ? »

Le travail qui sera livré au peuple de Guinée, sera conforme à ses aspirations, j’en fais un serment. Ça ne plaira pas à tout le monde parce-que, même Dieu ne plaît pas à tout le monde. Il faut que les citoyens se ressaisissent », a martelé le chef de l’organe législatif de la Transition ce samedi 11 mai 2024, en marge des journées sportives citoyennes que son institution organise.

La Constitution, où en est-on ?

Annoncées en avril, les premières ébauches de la nouvelle constitution ne sont toujours pas disponibles. Interpelé sur ce retard, Dr. Dansa Kourouma indique que le processus est en cours mais d’après lui, le CNT n’est pas le seul qui est concerné.

« Il y’a le gouvernement, il y a les autres qui vont donner leur avis sur l’avant-projet de la constitution. Nous sommes à ce stade de réglage, c’est une opportunité que je mets à profit pour dire au peuple de Guinée que l’esprit essentiel des réformes qu’on va faire, c’est pour ne pas répéter les erreurs du passé.

Des réformes courageuses qui font des jaloux

C’est pour que les institutions soient en mesure de dire la vérité des urnes, quelque soit le président qui est en face, quelque soit le candidat qui est en face, nos Institutions qui doivent rester et demeurer la propriété de la nation, elles ne doivent pas être manipulables. Les réformes les plus sérieuses font des jaloux, on ne peut pas faire des réformes profondes sans vexer, sans briser les intérêts qui sont établis », a-t-il martelé.

A suivre !

Mamadou Yaya Bah

Pour Africaguinee.com

Créé le 11 mai 2024 17:51

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,