Crise en Guinée : « L’heure est grave …», alerte le ministre Khalifa Gassama Diaby

Khalifa Gassama Diaby, ministre guinéen des Droits de l'Homme et des Libertés Publiques

CONAKRY- Le  ministre  des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques, a exprimée sa  vive préoccupation par rapport aux violences qui ont secoué la capitale ayant entrainé des morts, ces derniers jours.   Kalifa Gassama Diaby a  appelé, au cours d’une conférence de presse qu’il a animé à son département ce jeudi 16 avril,  les acteurs politiques notamment l’opposition guinéenne à accepter le dialogue, puisque « l’heure est grave », pour le pays, a constaté africaguinee.com.

«  Je demande aux responsables de l’opposition d’accepter de sursoir à tout mouvement de protestation public et d’aller  au dialogue pour essayer ensemble de trouver une solution à cette crise », a vivement invité le ministre des droits de l’homme, évoquant les nombreuses expériences douloureuses que les manifestations ont déjà causé  dans le pays.

Le ministre Kalifa Gassama Diaby, défend toutefois, le droit à la manifestation. Cependant, dit-il, « l’heure est grave », alerte-t-il.

« L’heure est grave  parce que nos citoyens sont apeurées. L’heure est grave,  parce que nous sortons d’une impasse pour aller vers une autre. L’heure est grave parce que la force et l’illusion que la violence est une solution qui est ancrée dans notre culture’’.

De l’appel fort à l’endroit de la classe politique…

En s’adressant à l’opposition et la mouvance présidentielle, le ministre Diaby a  exhorté cette classe politique à mettre fin aux  discours belliqueux et de haine. Parce que, a-t-il remarqué, cela ne fait qu’aggraver les problèmes, ainsi qu’à la logique de la confrontation.  Pour lui, on ne peut prétendre défendre les Droits de l’Homme dans un environnement de violence.

 « Nous demandons à l’ensemble des partis politiques de la mouvance présidentielle et l’opposition de contribuer  à faciliter  la tenue de ce dialogue à travers la mise en place des conditions politiques préalables  qui permettront un dialogue serein et productif.  Et à la société civile à la sensibilisation en  rappelant  les acteurs politiques et le gouvernement leur responsabilité à garantir aux guinéens un environnement de paix et de justice ».

De la création d’un observatoire national…

Dans  les prochains jours,  Kalifa Gassama Diaby a annoncé la mise en place d’un observatoire national composé d’ONG, de la société civile, des medias,  pour détecter  sur le terrain les auteurs de violences et veiller à ce que justice soit rendue aux victimes  de violence. Le ministre indique que tous « les auteurs de violences » doivent répondre devant la justice.

BAH Aïssatou

Pour africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

 

Créé le 17 avril 2015 12:47

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces