Cour d’assises de Conakry: Trois jeunes condamnés à 6 ans de prison ferme pour viol…

justice

CONAKRY- Plusieurs jeunes dont l'âge varie entre  13 et 17 ans ont été condamnés ce jeudi par la cour d’assises de Conakry à une peine de six ans de prison, a constaté sur place Africaguinee.com.


Aly Soumaoro élève, Djibril Diallo et Ibrahima Sory Soumaoro, maçons de profession, ont été condamnés par la cour pour le viol d’une fille du nom de Salématou Kalil Bangoura âgée seulement de 17 ans. Les faits remontent au 13 octobre 2008 lorsque cette demoiselle revenait d’une soirée aux environs de 3 heures du matin. Selon le contenu de l’arrêt de renvoi qui a été lu par le greffier, Salématou Kalil Bangoura a été violée par ces trois jeunes adolescents dans une maison inachevée au quartier Yattaya (haute banlieue de Conakry).

A la barre, les accusés n’ont pas reconnu les faits. Ils soutiennent tous n’avoir jamais connu ni vu la victime.

Ibrahima Sory Soumahoro, interrogé par la cour, soutient ne pas  être impliqué dans ce viol. Selon lui, lorsqu’il a été informé de l’arrestation de son jeune frère, il s’est rendu à la gendarmerie de Yataya, pour le rendre visite afin de savoir si effectivement il a été arrêté. C’est ainsi que lui aussi a été arrêté. Il soutient avoir une fiancée, et donc, il ne sort pas en l'absence de celle-ci et il n’a pas de temps pour une autre fille. Et, il ne faisait pas parti du groupe qui avait violé Salématou.  

L’accusé Aly Soumahoro, a pour sa part, nié les faits et  dit connaitre de vue Djibril Diallo son coaccusé.

Djibril Diallo, a aussi nié les faits. Selon lui, il ne sait absolument rien de cette affaire de viol. ‘’Un jour à 18 heures, les gendarmes m’ont arrêté devant un vidéo club’’ dit-il. M Diallo reconnait être ami avec Ibrahima Sory Soumahoro. Il dormait dans la même chambre que son jeune frère Aly Soumahoro. Djibril annonce qu’Aly lui a même volé une chemise un jour.

Pour la partie civile, le nom de Ibrahima Sory Soumahoro figure bel et bien dans la plainte déposée par la victime qui l’a reconnu avant les autres.

Le procureur, Almamy Conté, s’est inscrit en faux contre tous les arguments de Ibrahima Sory Soumahoro. Selon lui, tous les trois accusent les gendarmes de les avoir  inculpés dans le viol, alors que c’est la victime qui les a indexés.

En réponse à la demande de preuve et de justification des avocats de la défense, le procureur affirme, qu’en matière de viol, sur le serment de la première à la troisième république, c’est la deuxième fois qu’une victime de viol a osé exprimer sur les faits dont elle se dit  victime. Pour lui, si les autres femmes ne viennent pas s’exprimer sur ça, c’est parce que la Guinée est un pays hautement musulman.

Dans son réquisitoire, le procureur explique : « Premièrement, Salématou est mineure et deuxièmement ils ont tous les trois violé une mineure. Donc, il n’y a pas de commentaires.  Une femme violée humiliée sur sa chair ne peut pas venir se présenter devant la barre expliquer les faits. Il faut qu’on cesse d’agresser nos filles, nos tantes …», martèle le procureur, avant de requérir  une  condamnation de 10 ans de prison ferme.

Dans sa plaidoirie, la défense, estime qu’Ibrahima Sory étant le grand frère d’Aly Soumahoro, ne peut pas être dans le même groupe que son jeune frère et chercher la même femme. Pour le cas de Aly, la défense estime que même s’il est ami avec Djibril Diallo, ceci ne veut pas dire qu’il est impliqué dans le viol.  La défense a par ailleurs présenté une lettre de désistement qui avait été rédigée par la victime.

Selon cet avocat, si son client se reprochait de quoi que ce soit, il n’aurait pas pu se rendre à la gendarmerie pour rendre visite à son jeune frère.  Djibril Diallo a été arrêté  manu militari sans aucun papier, lance l’avocat. 

Poursuivant, maitre Jean Bâptiste Joachim  Haba, martèle que vu la gravité des faits reprochés à ses clients, il rappelle que l’audition n’est pas une parole d'évangile. Pour lui, ‘’on ne peut être puni que lorsque nous avons commis une infraction’’. Mais, dit-il en s’interrogeant ‘’oui ou non personne ne sait si le viol a eu lieu ?  Les noms des trois accusés ont été connus par la victime que par après’’, lance l’avocat, ajoutant  donc qu’il est impossible que cette fille puisse déposer une plainte contre les jeunes.

Maitre Ibrahima Danfaga de la défense a soutenu que les faits qui sont reprochés à ses clients sont très graves. Selon lui, le ministère public a bâti ses accusassions sur une simple déclaration. Donc pour lui, si le président se prête au jeu du ministère public, il commettrait  la plus grosse erreur de sa carrière judiciaire.  Il a tout simplement  demandé à la cour d’acquitter les trois jeunes à cause du doute.

Dans son verdict, le président de la cour  Charles Victor Macka a jugé les accusés coupables des faits qui leur sont reprochés. Il les condamné à 6 ans de prisons ferme et à temps mis. Le président de la cour déclare également que les Accusés ont 6 jours pour se pourvoir en Cassation.

Il faut rappeler, Ibrahima Sory Soumahoro, Aly Soumahoro et Djibril Diallo, ont déjà fait 5 ans 6 mois de détention à la prison centrale. Ils sont devenus majeurs en prison.

 

Fatoumata Keïta

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 655 31 11 15

Créé le 3 juillet 2014 18:57

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces