Cour d’assises de Conakry : 20 ans de prison pour les assassins de Dr Mamadou Alpha Diallo

cour_dappel

CONAKRY- Les assassins de  Dr Mamadou Alpha Diallo, professeur de statistiques à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, assassiné en juin 2011 à son domicile, ont été condamnés par la Cour d’assises de Conakry ce mercredi à des peines allant de 5 à 20 ans de réclusion criminelle, a constaté sur place Africaguinee.com.


Ce professeur d'Université originaire de Badiar dans la préfecture de Koundara avait  été assassiné en juin 2011 par des inconnus à son domicile à Gombonya dans la préfecture de Coyah.

Mamadou Saliou Soumah alias Zamorano et Mohamed Traoré, inculpés et poursuivis  pour association de malfaiteurs, assassinat, vol aggravé,  détention illégale d’armes et munitions, attaques à mains armées au domicile de Monsieur Mamadou Alpha Diallo, ont comparu devant la cours d’assises de Conakry ce mercredi 09 juillet 2014. Mamadou Saliou Soumah à été condamné à 20 ans de réclusion criminelle et 5 ans pour Mohamed Traoré.

Mamadou Saliou Soumah alias Zamourano, avait été appréhendé par la compagnie mobile d’intervention et de sécurisation dans la nuit de 30 juin 2011, en possession d’un sac de voyage contenant trois armes dont deux PMAK et un pistolet TP30, des munitions et un casque. Interrogés par les services de sécurité, Soumah avait déclaré avoir acheté ces armes avec un militaire du nom de Sékou Mansaré en service au camp Alpha Yaya. La somme de la transaction était 1.400 000 fg, y compris les munitions qui étaient gardées pour un certain Bouba.

Dans sa lecture de l’arrêt de renvoi, le greffier affirme que les accusés avaient reconnus avoir réalisés à l’aide de ces armes, sept (7) attaques dans des différents quartiers de Conakry, dont celle effectuée au domicile de Monsieur Mamadou Alpha Diallo, professeur de statistiques, domicilié au quartier Gombonya (préfecture de Coyah).

Selon le greffier, les accusés avaient reconnu avoir opéré avec Mamadou Traoré, Fodé Sylla, Mariam Camara et Bouba Lakouï chez M. Mamadou Alpha Diallo. Selon le même arrêt,  Bouba Lakouï avait fouillé  systématiquement la chambre de M. Diallo en exigeant de lui de l’argent.  Le professeur voulant maîtriser l’un des assaillants, avait été exécuté par le nommé Lakoui.

Les accusés Mamadou Saliou Soumah et Mohamed Traoré ont tous niés les faits qui pèsent sur eux.

 Elhadj Yaya Diallo, le fils de la victime présent dans la salle d’audience, témoigne : « Je révisais sur la terrasse, et ils nous ont surpris dans la cour avec des tirs. Ils m’ont dit l’argent, l’argent. Et mon père venait de quitter Kindia. Ils ont retiré le sac de mon père dans le quel se trouvait l’ordinateur. Ils ont tiré sur mon père et sont sorti en courant. Mon père est tombé il m’a dit qu’il allait mourir. On l’a conduit à l’hôpital,, c’est de là qu’il est décédé. »

L’avocat de la victime maitre Mouminy Diallo estime que les accusés ont fait exprès d’assassiner M. Diallo. Cet avocat qualifie les assassins d’ordures, a plaidé la peine de mort contre les accusés.

Monsieur Amara Doukouré, de la partie civile a pour sa part, rappelé que Mamadou Saliou Soumah avait déjà été condamné à mort pour l’assassinat du chauffeur de la première dame de la république du feu Lansana conté et a été libéré par les services de sécurité par la corruption. Il dit que les accusés ne méritent pas de vivre. Il a lui aussi plaidé la peine de mort et à 20 ans de travaux forcés pour Mohamed Traoré.

La défense à son tour, suppose que l’erreur judiciaire est une situation tragique qui pourra rattraper toute la chaine judiciaire, à commencer par la Police Judicaire qui a arrêté ses clients « innocents ». Pour lui, ses clients ne doivent pas subir la peine pour l’assassinat de M. Diallo parce que rien ne justifie leur culpabilité.

Maitre Mamoudou Souaré, a demandé au président de la cour d’acquitter les accusés et de ne pas suivre un procureur qui, dit-il, n’a aucune preuve. Il estime que le procureur veut se servir du passé pénal des accusés.

Le Président de la cour Fodé Bangoura, a, après concertation avec les membres de la cour, a condamné Mamadou Saliou Soumah, alias Zamourano, à 20 ans de réclusion criminelle et Mohamed Traoré à 5 ans de réclusion criminelle.

 

Fatoumata Keïta

Pour Africaguinee.com

Tel: (+224) 655 31 11 15

Créé le 10 juillet 2014 03:07

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces