Conflits entre guerzés et koniankés en Guinée forestière: vers la tenue d’un procès?

manifest

CONAKRY-Un rapport  d’enquête  ‘’accablant’’  du conflit ayant opposé  les guerzés aux koniankés  en juillet 2013 au sud  de la Guinée  a été dévoilé ce vendredi par  la ligue guinéenne des droits de l’Homme (LIGUIDHO) au cours d’une conférence de presse à Coléah. Ces défenseurs des droits de l’Homme réclament  toute la lumière dans cette affaire, a constaté Africaguinee.com

Le Président de la ligue guinéenne des droits de l’homme, Emmanuelle Bamba  a déclaré que les chiffres fournis par le directeur  de l’hôpital régional de N’Zérekoré, il existait 150 cas de  blessures  par arme à feu, 62 cas de blessures à l’aide de machette à N’Zérékore, 25 cas de blessure par arme à feu et 4 cas de blessure à l’aide  de machette à koulé.

Selon cette  enquête menée   par la LIGUIDHO,   l’usage de ces diverses  armes  ont contribué à alourdir le bilan des atrocités commises en juillet 2013 dans la région.

D’après ces victimes, toutes les autorités des localités concernées par le conflit intercommunautaire de juillet 2013 devraient êtres traduites en justice pour non assistance à personne en danger, fait prévus et punis par les dispositions  du code pénal guinéen. Egalement la LIGUIDHO  demande  l’organisation  d’un procès juste et équitable dans les meilleurs délais. 

Parlant des causes principales de ses conflits récurrentes,  la LIGUIDHO a fait savoir que  les témoins  et victimes interrogés  ont affirmé que c’est l’impunité et cette impunité  a été  entretenue par l’Etat.

Par ailleurs, dans ce rapport d’enquête, il est  évoqué  la présence des personnes incontrôlées à travers des sources documentaires et les témoignages recueillis. 

La Ligue Guinéenne des Droits de l’Homme  a confirmé l’existence à N’Zérékoré et à Beyla, d’éléments issus  de l’Ulimo (ex groupe rebelle qui a participé à la guerre civile libérienne dans les années 90, ndlr) . La LIGUIDHO dénonce également la présence  des volontaires qui avaient soutenu  l’armée guinéenne lors des attaques rebelles en 2000 ainsi que plusieurs des éléments issus des jeunes formés à Kaléah et à Kissidougou par la junte du Capitaine Dadis Camara, mais qui n’ont pas été intégrés dans l’armée  sans oublier des ex rebelles qui avaient combattus au Liberia et en Sierra-Leone.

En juillet 2013, des violences inter-communautaires entre Guerzés et Koniankés avaient fait plus d'une centaine de morts notamment à Koulé. A ce jour, aucune action en justice n'a été lancée contre les auteurs de ces violences.

BAH Aissatou

Pour africaguinee.com

Créé le 21 juin 2014 10:46

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_