Conakry/déguerpissement : De graves accusations portées contre la police…

police_hamdallaye_jpg

CONAKRY-De graves accusations sont portées contre les forces de police en Guinée. Les femmes victimes de déguerpissement au marché d’avaria, accusent la police d’abus et interpellent le président Alpha Condé.

Elles étaient nombreuses, ces femmes avoir été victimes, ce mardi 29décmbre de destruction de  leur lieu de commerce, au grands marché Madina.

Très tôt le  matin, les services  de maintien d’ordre  ont pris  d’assaut le marché avaria. Ce, conformément à la décision du ministère de la ville de désengorger les voies publiques. Cette vaste opération de déguerpissement des emprises publiques ne fait pas des heureux. Au marché Avaria plusieurs femmes commerçantes ont exprimé leur ras-le-bas suite à la destruction de leur lieux de ventes, par des forces de l’ordre. Des échauffourées sporadiques ont éclaté avant d’être calmé quelques minutes plus tard.

Ces femmes victimes dénoncent notamment l’abus des forces de police, chargées de cette opération. Après

Le visage crispé, une commerçante au marché Avaria a dénoncé  l’attitude des forces de l’ordre. Selon elle, certaines femmes ont été brutalement agressées par la sécurité.

« Les policiers  ont frappé les femmes  qui se sont rassemblées pour aller au gouvernorat pour rencontrer le gouverneur Soriba Sorel, parce qu’on n’a trop  subi.  Un agent en uniforme a retiré le téléphone de ma petite sœur. On a frappé et retiré l’argent de beaucoup de femmes.  On devrait nous dire de quitter au lieu d’agir ainsi. Il faut nous chercher un endroit où on peut rester, parce que cela fait des années ont fait le commerce ici », crie Aminata Sylla.

Une autre  vendeuse d’habits a expliqué les énormes pertes  enregistrées. « Ils ont envoyé des policiers nous chasser et détruire nos biens. Le président Alpha Condé n’a qu’à nous aider, on n’a trop souffert, on n’a pas où aller », s’est lamentée Fanta Kaba.  

Très remontée, Aminata Camara, soutient que le gouvernement a décidé  de faire souffrir les femmes, puisque selon elle, elle arrive à subvenir aux besoins de sa famille qu’à travers cette activité qui est actuellement au ralenti. 

« On a mis le président Alpha Condé au dos, il ne faut qu’il nous fasse pleurer. Ils ont envoyé des voleurs, on ne peut accepter cela. Quand on envoi la sécurité qui fait le banditisme qui retire le téléphone des gens et insulte les femmes, c’est très difficile. Les guinéens sont  tous unis, les soussous, les peulhs et malinkés. Nous faisons le commerce sous le soleil pour nourrir et scolariser nos enfants. Aujourd’hui, c’est le président Alpha Condé qui est au pouvoir, tout ce qui se passe dans le pays on va dire que c’est lui », a accusé Salima, une mère de famille. 

BAH Aïssatou

Pour africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

Créé le 30 décembre 2015 10:10

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces