Conakry: Ce qu’on ne vous a pas dit sur Ibrahim Akhlal, le braqueur belgo-marocain évadé de la maison centrale

CONAKRY-En décembre dernier, les autorités belges avaient sollicité de Conakry son extradition. En vain ! AKHLAL Ibrahim, le fugitif belgo-marocain de 27 ans, arrêté à Conakry par les services de police guinéens alors qu’il se rendait en boîte de nuit s’est évadé de la maison d’arrêt de Conakry. C’est un braqueur réputé en Europe qui a visiblement le secret de tromper tout le monde. Il s’était évadé de la prison de Saint-Gilles en mars 2020. Qui est-il ? Que lui reprochaient les autorités guinéennes ? Africaguinee.com lève le voile.

Ibrahim AKHLAL est né à Saint-Josse- Ten-Noode le 14 décembre 1995 en Belgique. Suivant une Commission rogatoire internationale émise par les autorités judiciaires du Royaume de Belgique, il a été arrêté en Guinée le 17 décembre dernier par la police. Soit quatre mois après son entrée sur le sol guinéen.

Reconnu coupable de vols qualifiés, vol simple, détention illégale et arbitraire, recel et association de malfaiteurs, en Belgique il purgeait une peine d’une vingtaine d’années d’emprisonnement prononcée en mars 2022 par un arrêt de la Cour d’Appel de Bruxelles.

Ce repris de justice est impliqué dans plusieurs attaques à main armée sur le territoire Belge, selon les autorités policières de ce pays de l’Union Européenne qui le surnomme A.I (initiales de son nom). Il a été condamné dans le Royaume à quatre reprises pour son implication dans plusieurs braquages. Ce délinquant était aussi réclamé par les autorités néerlandaises où il a orchestré une attaque spectaculaire dans lequel lui et ses complices avaient brassé un butin de 14 millions d’euros.

Après son arrestation à Conakry, les autorités judiciaires ont ouvert une enquête contre lui. Une enquête qui a abouti le 27 décembre à son inculpation pour des faits présumés de faux et usage de faux en écriture publique et complicité.

En en effet, l’ancien pensionnaire de la prison de Saint-Gilles a été appréhendé avec des documents administratifs guinéens, notamment un passeport qu’il aurait obtenu frauduleusement. Ce qui avait conduit à l’époque à la suspension d’un haut responsable de la police.

Ce sont les services belges spécialisés dans la recherche de fugitifs (FAST – Fugitive Active Search Team) et la police judiciaire fédérale de Bruxelles qui avaient retrouvé ses traces en Guinée. S’en était suivie alors la traque ayant conduit à son arrestation à la mi-décembre à Conakry.

C’est ce délinquant réputé dangereux qui s’est évadé à la maison centrale. Par quel miracle ? On ne le sait pas pour le moment. Toujours est-il que son évasion relance la problématique de la sécurité dans les prisons guinéennes. Car ce n’est pas la première fois que de tels faits se produit.

La fuite de Ibrahim Akhlal a amené le garde des sceaux à sévir. Toute la chaine de commandement de l’Administration Pénitentiaire a été suspendue commençant par le régisseur. Même le médecin-chef n’a pas été épargné. Ils sont accusés de manquements graves à leurs obligations professionnelles. Ils font désormais l’objet de poursuites judiciaires pour des faits présumés de complicité d’évasion.

Nous y reviendrons !

Boubacar 1 Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le 6 juin 2023 09:29

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_