Cellou sur l’attitude d’Alpha Condé: « On se demande si c’est un guinéen… »

Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG

CONAKRY- Dans un ton ferme, l’opposant guinéen Cellou Dalein Diallo a réitéré ce samedi 21 décembre 2019, sa détermination à poursuivre le combat pour la défense de Constitution. Prêt à consentir le sacrifice « ultime » dans cette lutte, le leader  de l’UFDG a harangué ses militants auxquels il demande d’être à l’avant-garde de la lutte pour la défense de la Constitution.

« C’est à nous de sanctionner ce parjure parce qu’il n’a plus la légitimité de diriger le pays dès lors qu’il a violé la constitution à partir de laquelle il a été élu et sur laquelle il a  prêté son serment. Il ne suffit pas de le dire, il faut agir, nous avons consenti beaucoup de sacrifices. Il y a eu plus de 129 jeunes abattus à bout portant. Ils n’ont pas eu de justice parce que Alpha Condé n’a pas voulu », a lancé Cellou Dalein Diallo.

Le leader de l’UFDG accuse le président Alpha Condé de bafouer les droits des citoyens. S’interrogeant sur la véritable nationalité du dirigeant guinéen, l’ancien Premier ministre soutient que l’opposition n’a pas le droit d’échouer dans sa lutte.

 « Il s’en fout des droits des citoyens. On se pose la question est-ce que c’est un guinéen qui nous dirige  parce qu’il n’a pas pitié de ce peuple. Il n’a pas envie d’instaurer la démocratie et d’assurer la sécurité de ses citoyens. Il ne connait que son clan (…) On est à une phase particulièrement importante, c’est maintenant qu’il faut se mobiliser, il ne faut pas qu’on laisse faire (…) il faut qu’on se mobilise, ça demandera des sacrifices, mais on n’a pas le droit d’échouer », martèle le leader de l’UFDG.

Cellou Dalein bat le rappel des troupes pour la marche prévue le 26 décembre appelé par le FNDC. Selon lui, il faut qu’à travers celle-ci la communauté internationale se rende compte que les guinéens ne veulent pas d’une nouvelle constitution.

 « Il faut qu’on arrête cette machine. Il y a deux étapes. Mais le 26 il faut qu’on montre au monde entier par l’ampleur de la mobilisation que peuple de Guinée n’est pas prêt à accepter ce changement de constitution. Il faut que le  peuple de Guinée soit dehors le 26 », a-t-il lancé.

Les élections législatives sont prévues le 16 février. Alors que le parti au pouvoir et ses alliés affûtent leurs armes pour ce rendez-vous, le chef de file de l’opposition guinéenne prévient.

« Il n’y aura pas d’élections avec ce fichier, il n’y aura pas d’élections tant que les chefs de quartier ne sont pas installés, il n’y aura pas d’élections tant que Kébé est à la tête de la CENI (…) et nous n’allons plus compétir avec Alpha Condé, il n’en est plus question », a tranché M. Diallo.

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le 21 décembre 2019 17:59

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces