Cellou Dalein Diallo : ‘’Ce que je vais dire au Président Alpha Condé…’’ (Entretien exclusif)

Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG

CONAKRY- S’achemine-t-on vers un dénouement de la crise politique guinéenne après l’invitation du Chef de file de l’opposition par le Président Alpha Condé ? Quel message Cellou Dalein Diallo va délivrer au Chef de l’Etat lors de leur entretien de ce vendredi 8 mai 2015 ? Voici autant de questions abordées dans cette interview avec le leader de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée. Dans cet entretien, Cellou Dalein Diallo revient également sur les stratégies que l’opposition compte mettre en place pour faire plier le pouvoir du Président Alpha Condé. Exclusif !!!

 

AFRICAGUINEE.COM : Monsieur Cellou Dalein Diallo bonjour !

CELLOU DALEIN DIALLO : Bonjour monsieur Souaré !

Comment avez-vous accueillie l’invitation qui vous a été faite par le Chef de l’Etat dans le cadre de la décrispation du climat politique ?

Je ne sais pas si c’est une main tendue. Je note que le président  m’invite à le rencontrer à 10 heures pour parler des questions d’intérêt national notamment  je cite « les contradictions soulevées  par  le calendrier électoral ». Je pense que c’est une opportunité pour nous d’échanger sur ces  questions et pour moi de mettre en évidence justement les questions de violation de la loi. Je  pense que ça pourrait amener le président à comprendre qu’au-delà des intérêts  qu’une mouvance peut tirer  de l’existence des délégations spéciales il y a un fait. La CENI ne peut pas  s’enfermer et violer  la constitution, les accords politiques, le code des collectivités et celui  électoral sans que cela ne soit le résultat  d’un dialogue politique qui aurait décidé  en fonction de circonstances particulières, de faire dérogation à ces textes fondamentaux.

Donc je pense  que c’est une bonne opportunité que le chef de l’Etat et moi-même échangent sur toutes ces questions parce que je pense qu’il y a un dialogue de sourds en ce moment.

Quel va être le message que vous allez délivrer au Chef de l’Etat ?

Je vais attirer son attention sur les violations  des textes que je viens de  rappeler plus haut et lui demander en tant que président de la république qui a juré de respecter  et de faire respecter la constitution et les lois de la République ce qu’il pense des protocoles d’accord de la CEDEAO sur la bonne gouvernance  et les élections. Et en tant que garant de toutes ces lois et Président de la République, je vais lui dire d’interpeller la CENI  pour quelle procède sans délai à l’annulation de ce calendrier, afin que le dialogue puisse s’ouvrir et que nous examinions  en toute responsabilité les contraintes auxquelles cette CENI pourrait être confrontée  et pour décider s’il y a lieu de faire des dérogations  ou des arrangements susceptibles de satisfaire les deux mouvances.

Est-ce que cette rencontre constitue selon vous un pas en avant pour un dénouement de la crise politique ?

Je pense que si le président prend l’initiative d’échanger sur ces questions avec moi , je crois qu’il pourra prendre en compte les revendications légitimes de l’opposition qui considère qu’il faut respecter les lois et que seul un dialogue politique franc peut décider  de faire des dérogations aux lois et de changer  la séquence des élections, ce n’est pas la CENI. Comme vous le savez depuis 2010 le mandat des élus locaux est échu, et au lieu d’organiser ces élections le président a procédé à la dissolution des communes et à la mise en place des délégations spéciales notamment  dans les communes urbaines. Les délégations spéciales même si elles sont légalement mises en place  elles n’ont qu’un mandat de six mois, pourtant elles sont là, depuis trois ans qu’elles exercent un pouvoir totalement illégitime et illégal. Donc la CENI ne peut pas décider de pérenniser  ça lorsque des accords politiques ont décidé depuis le premier trimestre de 2014 la tenue de ces élections communales pour mettre  fin à cette situation d’exception que constituent les délégations spéciales.

Comptez-vous renoncer à vos différentes manifestations si le Président Alpha Condé s’engageait à satisfaire vos revendications ?

C’est vrai que je suis le chef de file de l’opposition qui est constituée de plusieurs partis politiques. Naturellement je vais défendre les positions de l’opposition qui sont  fondées sur les lois et les accords politiques  et donc mon devoir c’est d’attirer l’attention du chef de l’Etat  sur  la nécessité de revenir  à la normale pour que le dialogue puisse s’ouvrir. Ce dialogue ce sont les partis politiques de l’opposition, la mouvance présidentielle et le Gouvernement. Donc aujourd’hui  ce n’est pas un dialogue qui s’ouvre mais c’est une consultation entre le président delà république  et le chef de file de l’opposition.

Cette invitation n’a-t-elle pas créé des suspicions dans le camp de l’opposition ?

Non pas du tout. Je crois qu’on se fait confiance au sein de cette opposition, j’en ai parlé avec la plupart des leaders, on est d’accord que je réponde à l’invitation. Comme il ne s’agit pas d’ouvrir un dialogue mais plutôt d’une consultation entre deux personnalités, naturellement je défendrais comme il le faut les positions de l’opposition  et je prendrais note et le compte rendu sera fidèlement fait à l’opposition.

Quel pourrait être le « plan B » de l’opposition si le Chef de l’Etat maintenait sa position ?

Pour le moment il n’y a pas de plan B ou A. Ce qui reste évident  c’est  de  manifester  pour exiger  le respect des engagements pris dans le cadre des accords et les dispositions de la constitution et  les lois de la république.  Vous savez il y a un mal entendu, les gens ont tendance à croire qu’on proteste contre le calendrier électoral, ce n’est pas le cas. Nous protestons plutôt contre les violations des lois de la République  c'est-à-dire la loi fondamentale. Vous savez que les accords politiques ne peuvent pas être annulés  par la CENI. Seul un accord politique issu d’un dialogue peut décider  d’annuler un ancien accord. La CENI  ne peut pas s’isoler et décider  de faire administrer les collectivités  par des citoyens nommés alors que la loi dit que les collectivités doivent être administrées par  des élus.

Est-ce qu’un boycott des prochaines élections est aujourd’hui envisagé par l’opposition au cas où vos revendications ne seraient pas satisfaites ?

Pour le moment on n’en est pas là, nous sommes entrain pour l’instant d’exiger le respect des lois de la République, de la constitution,  des engagements internationaux de la Guinée et des  accords politiques. Je pense que M. Alpha Condé qui a juré  de respecter  tous les textes, doit se rendre compte que ce calendrier  décliné par la CENI viole ces lois et doit l’interpeller  en tant que président pour que la CENI annule son calendrier. Le report des communales (…), par ce que ce n’est pas dans les prérogatives de  cette commission de prolonger  le mandat des délégations spéciales. Cela ne relève ni de sa compétence ni de ses prérogatives. Il n’est ni aussi de la compétence du Président ou du Gouvernement  de violer les lois. S’il y a des circonstances exceptionnelles  aux quelles le pays est confronté, la classe politique se retrouve et constate  que ces circonstances sont bien là, décide de prendre une position, en ce moment la Cour Suprême et l’Assemblée Nationale seront impliquées pour que l’on décide de faire  une dérogation  à la constitution et des lois de la République. Mais la CENI toute seule ne peut pas s’enfermer et le faire, et que l’on reste indifférents, au-delà des avantages que nous aurions  à tirer électoralement parlant de l’organisation de ces élections communales.

Merci monsieur Diallo !

C’est moi qui vous remercie monsieur Souaré !

 

Entretien réalisé par SOUARE Mamadou Hassimiou

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 655 31 11 11

 

Créé le 6 mai 2015 16:46

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_