Cas Kassory Fofana : vers une saisine de la Cour Africaine des Droits de l’Homme…

Dr Ibrahima Kassory Fofana, ancien premier ministre de Guinée

CONAKRY-L’ancien Premier ministre guinéen Dr Ibrahima Kassory Fofana n’entend pas « baisser les bras » dans sa quête de « liberté » ! Ses avocats envisagent de saisir la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples, au cas où la Cour Suprême arrivait à rejeter les « exceptions d’inconstitutionnalité » et « d’inconventionnalité » qu’ils ont soulevés, a appris Africaguinee.com.

« Si l’illégalité de la CRIEF est reconnue par la Cour Suprême, le procureur spécial n’aura plus aucune possibilité d’interjeter appel pour bloquer la libération de nos clients. Mais si cette illégalité n’est pas reconnue alors c’est là où il y aura un problème parce que nous serons obligés de saisir les juridictions internationales. Notamment la Cour Africaine des Droits de l’Homme », a confié à Africaguinee.com, l’ancien bâtonnier, maître Dinah Sampil, avocat de l’ex Premier ministre.

Cette éventualité comporte cependant des risques d’échec. Car si la Guinée a ratifié le protocole établissant la Cour africaine de des droits de l’Homme et des peuples, elle n’a cependant pas déposé la déclaration reconnaissant la compétence de cette Cour pour recevoir des requêtes introduites directement par des ONG et des individus. A date, c’est seulement une dizaine d’Etats qui ont déposé leur déclaration, et la Guinée n’en fait pas partie.

Dr Ibrahima Kassory Fofana est poursuivi devant la Cour de Répression des Infractions Économiques et Financières (Crief). L’Etat guinéen l’accuse de détournement présumé de deniers publics, corruption, blanchiment de capitaux, enrichissement illicite et complicité. En détention depuis avril 2022, ses avocats dénoncent des poursuites politiques visant à l’écarter de la course à la prochaine présidentielle.

« Nous savons que le Procureur est un messager du pouvoir, il est en mission commandée, un résultat lui a été dicté qu’il faille atteindre coûte que coûte. Pour ce faire, il est chargé d’exercer les voies de recours et les juges qui sont à la solde du pouvoir sont là pour entériner ces recours-là. C’est pourquoi vous constatez qu’à chaque fois que le droit est dit proprement au niveau des chambres de l’instruction et au niveau des chambres de l’appel, la décision est reformée sur des bases absolument fallacieuses qui ne régissent à aucune analyse juridique », dénonce maître Dinah Sampil.

Maintes fois cité à comparaître, Dr Kassory Fofana, alité à la Clique Pasteur ne s’est toujours pas présenté devant le juge. Ses avocats affirment qu’il n’est pas dans des conditions optimales de faire face à la justice. Jusque-là ses demandes d’évacuation sanitaire ont été rejetées par la Crief. Un refus que dénonce la défense de l’ex premier ministre.

« Le mal qu’a Kassory doit forcément être opéré. Donc, il faut une chirurgie, or les médecins ont dit que les spécialistes de cette chirurgie ne sont pas en Guinée et il n’y a pas non plus d’installations adéquates pour réaliser ces genres des chirurgies en Guinée. Dans une situation comme ça, pourquoi refuserait-on à un être humain d’aller se faire soigner », s’interroge Me Dianah Sampil.

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : 00224 666 134 023

Créé le 30 septembre 2023 13:39

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,