Guinée : Grosse confusion autour d’un arrêt de la Cour Suprême…

CONAKRY-Un arrêt de la Cour Suprême concernant le dossier de l’ancien ministre de la Défense suscite une grosse confusion. Difficile de comprendre qui entre le parquet « soutenu par la partie civile » et la défense, dit « vrai » dans cet imbroglio judiciaire. Chacun tire la couverture de son côté.

Le 25 juillet dernier, la Cour Suprême dernière juridiction de recours avait confirmé l’ordonnance de mise en liberté conditionnelle rendue en faveur du Dr Mohamed Diané, par la chambre spéciale de contrôle de l’instruction de la Cour de Répression des Infractions économiques et financières (CRIEF).

Elle a jugé que le pourvoi en cassation introduit contre l’ordonnance de mise en liberté du ministre Diané était sans objet dès lors que le prévenu a été renvoyé devant la chambre de jugement.

La défense l’ancien ministre de la Défense d’Alpha Condé avait aussitôt crié « victoire », croyant que son client allait recouvrer sa liberté après plus d’un an d’incarcération. Et bien ce n’est pas encore le cas.

Dix jours après, M. Diané poursuivi pour « détournement présumé de deniers publics, enrichissement illicite, blanchiment de capitaux, corruption », est toujours en prison.

Alors que ses avocats s’affairent pour mobiliser le montant de la caution libératoire fixée à deux milliards cinq cent millions Gnf par la chambre spéciale de contrôle, le parquet de la Crief ne semble pas disposé à aller dans le sens de la libération du détenu. Les avocats de l’État et le ministère public estiment que la défense fait une « lecture erronée » de l’arrêt de la Cour suprême.

Face à ce « refus» les avocats du Dr Diané ont décidé de passer à la vitesse supérieure : assigner le parquet pour le contraindre à libérer le prévenu, incarcéré depuis avril 2022.

A suivre…

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le 3 août 2023 16:25

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , , ,