Cas de Ousmane Gaoual Diallo : Qu’en pense Bah Oury ? (Exclusif !!!)

Bah Oury

PARIS-Le vice-président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée qui est en exil, vient de s’exprimer sur les tirs et la perquisition du domicile privé  du député Ousmane Gaoual Diallo. Bah Oury estime qu’en agissant de la sorte, les autorités guinéennes  violent les dispositions réglementaires et juridiques de notre pays.

« Dans un pays d’Etat de Droit, les députés bénéficient d’une immunité parlementaire. Ils ne peuvent pas faire l’objet ni d’arrestation ni d’interpellation et ni perquisition tant que le bureau de l’Assemblée Nationale ne siège pas pour donner un avis favorable pour ce genre d’actions judiciaires. Donc, de ce point de vue, les autorités guinéennes, qu’elles soient de la gendarmerie ou de l’Etat Major ou de toute autorité qui  est à la base de cette perquisition, elle viole les dispositions réglementaires et juridiques de notre pays »,  a déclaré ce mardi 4 août 2015, le vice-président de l’UFDG, au cours d’un entretien avec note rédaction. .

"Que ça soit être bien claire, poursuit Bah Oury, il ne s’agit pas, dit-il, de dire qu’on soutient Ousmane ou qu’on ne le soutient pas". Selon lui, il faut faire respecter les principes des règles de droit qui protègent les députés pour leur permettre d’assumer correctement leur travail de pouvoir interpeler les autorités publiques par rapport à leur gestion. « C’est le mandat qu’ils ont eu de la part du peuple de Guinée », observe l’opposant.

Intimidation…

Dans la nuit du dimanche à lundi 3 aout, le domicile du député Ousmane Gaoual Diallo aurait fait l’objet de tirs nourris avant d’être perquisitionné le lendemain. Pour Bah Oury, ces agissements constituent une violation des droits  qui sont reconnus aux députés.

« Ils n’ont pas besoin de toute cette armada pour demander au député Ousmane Gaoual de répondre à une convocation de la manière la plus civilisée possible. Donc, c’est une manière de l’intimider. De ce point de vue, cela augure une violation des droits  qui sont reconnus aux députés et du droit constitutionnel », a condamné le vice-président de l’UFDG.

L’Etat guinéen est un Etat hors la Loi…

Avant qu’il n’y ait un mandat d’amener, fait remarquer l’opposant, il faut une convocation en bonne et due forme. Mais là, déplore-t-il, c’est toujours l’arbitraire. « La veille, ils vont tirer chez lui des coups de feu, le lendemain des perquisitions. Cela veut dire que l’Etat guinéen est un Etat hors la Loi. C’est la responsabilité des autorités qui sont en train de violer toutes les règles de la Républiques », s’insurge Bah Oury.

Affaire à suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 31 11 12

Créé le 4 août 2015 14:00

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces