Boké: « Aidez-nous, nos femmes et leurs nouveaux-nés meurent… », crient les habitants de Guilléré

BOKE- Situé à sept (7) kilomètres du chef-lieu de la commune urbaine de Boké, le poste de santé du district de Guilléré est loin de satisfaire les attentes des citoyens. Il est en manque de tout : il n’y a ni personnel soignant qualifié, ni d’équipements pour assurer le minimum de soin à la communauté.

Construit en 2014 par une société minière de la place, cette structure sanitaire n’a toujours pas été officiellement inaugurée. Il n’a que deux infirmiers stagiaires.

Les citoyens de cette localité dénoncent le manque de professionnalisme de ces deux infirmiers et le manque de matériel dans cette structure sanitaire. Ils ont décidé d’interpeller les autorités.

Le président du district de Guilléré parle du calvaire de sa communauté. Selon Yaya Diassy il n’y a aucun médecin ou infirmier dans ce poste de santé pour s’occuper des cas d’urgence pendant la nuit.

« Les deux stagiaires qui sont là travaillent seulement pendant la journée. Le soir ils rentrent en ville. Quand quelqu’un tombe malade la nuit, on est obligé de le transporter en ville dans un hamac. Nous avons tout fait mais jusqu’à présent on n’a pas eu d’aide », se lamente le président du district de Guilléré.

Un citoyen de Guiléré qu’on a interrogé sur le sujet nous a confié que sa communauté a fait plusieurs démarches auprès des autorités communales de Boké pour régler cette situation. En vain.

« Nous somme allés rencontrer le chef du centre de santé de Dibiya d’où relève notre poste de santé, il nous a dit de se rendre à la commune. On a fait un écrit et nous nous sommes rendus à la mairie mais hélas., nous n’avons pas de réponse satisfaisante », nous a expliqué Mamadouba Gnaissa.

La président de l’union des femmes de Guilléré soutient quant à elle que ce sont les femmes enceintes et les nouveau-nés qui souffrent davantage de cette situation.

« On a eu plusieurs femmes qui sont mortes ici en en accouchant et même des nouveau-nés meurent pendant les évacuations. C’est vraiment pitoyable, nous demandons à l’Etat de nous venir en aide parce que l’autorité communale nous a tourné le dos », relate Kadia Sampou.

Depuis Boké, Oumar Sory Camara

Pour Africaguinee.com

Créé le 29 avril 2023 10:33

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

logo-fondation-orange_3

Avis d’appel d’offre ouvert…

mercredi, 15 mai 24 - 11:36 am