Boffa : Des communautés impactées par les « grands projets » plaident pour l’adoption du Référentiel national

BOFFA-En 2017, le ministère des Mines et de la Géologie avait mis en place une initiative pour doter le pays d’un document de référence en matière de compensation, d’indemnisation et de réinstallation des communautés impactées par les projets de développement en république de Guinée. « Le Référentiel national », c’est la dénomination de la ladite initiative. Sauf que de nos jours, elle peine à être adoptée et mise en œuvre. Ce mercredi 15 mai 2024, des populations de la préfecture de Boffa ont interpellé le gouvernement autour de ce projet.

Située en Basse-Guinée, la préfecture de Boffa abrite plusieurs sociétés minières qui exploitent les ressources de son sous-sol notamment la bauxite depuis des décennies. Malgré leur présence, les populations riveraines disent faire face à d’énormes difficultés quotidiennes relatives à leurs conditions de vie : manque d’emploi pour les jeunes, des terres arables spoliées, des ports de pêche privatisés, des villages délocalisés, des habitations détruites, etc.

Des organisations nationales évoluant dans le domaine minier ont, sans succès, lancé des cris de cœur, dans le but d’enjoindre les autorités nationales par le biais de déclarations communautaires afin d’accélérer l’adoption du Référentiel national. Jamais découragés, les concernés sont sortis de leur réserve.

« En tant qu’instrument de référence complet à l’échelle nationale pour la protection des droits fondamentaux des populations impactées et ou déplacées du fait des projets de développement, l’élaboration du référentiel national témoigne la volonté de l’Etat à relever les multiples défis auxquels nous, personnes impactées, sont confrontées dans nos localités respectives. Toutefois, nous constatons avec le temps, que cette volonté se heurte à une réticence de l’Etat à adopter le document final validé par toutes les parties prenantes au processus à Kindia, pour des raisons qu’on ignore. Pendant ce temps, les investisseurs s’installent et s’activent dans nos localités et sur nos terres dont nous dépendons sans prise en compte réelle de nos préoccupations en termes d’amélioration du cadre de vie et d’accès durable aux moyens de subsistance. Difficile de dire aujourd’hui avec exactitude le nombre de populations impactées par les projets de développement en cours dans le pays. Mais il est important de souligner que nous avons tous subis des processus émaillés de mauvaises pratiques de compensation, d’indemnisation et de réinstallation entraînant la dislocation du tissu familial, la détérioration du cadre de vie sociale et économique créant de passage des hostilités entre nous et les sociétés qui évoluent chez nous. A cela s’ajoute la précarité qui se généralise et nous frappe de plein fouet« , ont déclaré les communautés impactées de Boffa, à travers une déclaration lue par Mamadouba Conté, porte-parole de circonstance.

Alpha Camara, acteur de la société civile à Boffa, s’est réjoui de cette démarche entreprise par les communautés, qui réclament leur droit.

« Nous sommes ravis de la présence des acteurs qui fournissent des efforts pour la cause des communautés. Nous sommes réconfortés. Boffa est une zone minière, mais on est confronté à d’énormes problèmes. A propos du référentiel, nous allons être des acteurs pour pousser l’Etat à l’adopter « , a déclaré ce citoyen de Boffa.

« A Boffa, nous ne voyons que les sociétés minières sont en train de transporter quotidiennement nos bauxites. Cependant, nous ne bénéficions pratiquement pas de retombées de cette richesse de notre sous-sol, étant même des populations riveraines. De nos jours, nos enfants sont au chômage, les difficultés ne font que s’empirer. Il y a beaucoup de sociétés ici certes, mais nous ne bénéficions de rien d’elles. Même un centre de formation pour nos enfants, à plus forte raison, d’autres opportunités. Nous nous réjouissons des acteurs qui s’impliquent fortement afin que ce référentiel soit adopté à notre faveur maintenant « , a enchaîné M’Balia Diallo, citoyenne de Boffa.

Ces communautés ont salué les efforts de l’Etat à mettre en place une telle initiative, mais il est évident d’après elles, que cela n’a de valeur que lorsque le document dont il est question devient un véritable instrument juridique contraignant qui va mieux protéger les populations.

« Nous sommes convaincus que cela passe nécessairement par l’adoption dans un bref délai du référentiel national ! Pour nous, le moment est venu de mettre pleinement en pratique l’objectif qui a sous-tendu la décision de l’Etat à doter la Guinée d’un tel document pour favoriser le développement harmonieux des projets et taire toutes les hostilités dans les localités abritant les grands projets. Le référentiel favorise le strict respect des droits fondamentaux des communautés qui peinent encore à jouir des retombées des multiples projets d’investissement dans le pays« , ont-ils exprimé.

Dansa Camara

Pour Africaguinee.com

Créé le 16 mai 2024 17:10

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces