Armées : Pourquoi Mamadi Doumbouya a dissous le bataillon de la sécurité présidentielle?

CONAKRY- le 27 avril dernier, le colonel Mamadi Doumbouya avait pris un décret portant dissolution du bataillon de la sécurité présidentielle (BSP). L’acte du président de la transition n’avait donné la raison de cette dissolution, donnant libre court à une avalanche de réactions controversées. Ce jeudi 4 mai 2023, le chef d’Etat-major Général des armées, le Général des Armées a donné les raisons de cette décision. Le Général Sadiba Koulibaly invoque une pure formalité administrative. Explications.

« Il s’agit simplement d’une formalité administrative. Au temps du feu président le Général Lansana Conté, l’unité qui assurait sa sécurité et sa protection s’appelait bataillon autonome de la sécurité présidentielle (BASP). A sa mort en 2008, les nouvelles autorités du pays à leur tête le capitaine Moussa Dadis Camara ont créé le régiment Commando qui a remplacé le BASP. Quand le Général Sékouba a pris les rênes du pays, il a redéployé ce régiment au camp Sarmoreya pour créer le bataillon des commandos en attente dans le cadre de la force africaine en attente. Après l’investiture du président Alpha Condé en 2011, le bataillon de la sécurité présidentielle a été créé, c’est ce bataillon qui a assuré sa sécurité jusqu’au 05 septembre 2021.

A partir du 05 septembre 2021, les missions de protection du Président ont été dévolues au groupement des forces spéciales. Le bataillon de la sécurité présidentielle qui n’avait plus de mission officielle a été cantonné au kilomètre 36. Pour l’ouverture des frontières avec les pays voisins, il y a eu une évaluation au cas par cas des risques que nous encourions en les ouvrant. A l’issue de ça, l’une des recommandations phares a été le fait qu’il faut renforcer le volume des forces (le long des frontières). C’est en ce moment que les éléments qui constituaient le BSP ont été déployés le long des frontières et dans certaines unités.

Depuis cette date, c’est une unité qui n’existait plus de fait. Mais administrativement, en vertu du parallélisme des formes, seul un décret peut abroger un décret. Le décret qui avait mis le BSP en place n’était pas rapporté jusqu’à date. Les unités continuaient toujours à être administrativement listées sous le titre de BSP. Il était temps de mettre fin à cette situation. C’est pourquoi ce décret a été pris. C’est tout simplement dans le cadre d’une régularisation administrative. Ni plus ni moins », a-t-il précisé.

A suivre…

Mamadou Yaya Bah

Pour Africaguinee.com

Créé le 5 mai 2023 09:33

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces