Aboubacar Soumah menace : ‘’Si rien n’est fait d’ici le 5 janvier…’’

Aboubacar Soumah Secrétaire Général du SLECG

CONAKRY-Malgré les propositions faites aux enseignants par le Président Alpha Condé à l’occasion de son adresse à la Nation pour le nouvel an, le SLECG est déterminé à aller en grève dans les prochains jours si ses revendications ne sont pas satisfaites.

Interrogé par Africaguinee.com, le secrétaire général du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée SLECG a sonné l’alerte. Selon lui, si le gouvernement guinéen refuse de faire face à leurs revendications d’ici la fin de cette semaine, les enseignants vont prendre dispositions pour obtenir leurs réclamations.

 « A l’occasion du nouvel an tous les chefs d’Etat tiennent des discours pour s’adresser à leur population c’est normal. Nous estimons que  ce discours va dans ce sens. Pour ce qui concerne le volet de l’éducation, c’est un droit pour lui de prendre des dispositions, des mesures, d’envisager des projets pour l’éducation, mais tout ce qui est évoqué dedans a trouvé que nous, nous étions déjà dans une logique. Nous avons adressé une correspondance au gouvernement dans laquelle nous avons demandé deux points. Le premier, que le gouvernement nous fasse une proposition concrète sur les 8 millions que nous avons réclamé et à partir du budget national. Deuxièmement, nous avons demandé l’intégration des contractuels à la fonction publique. Nous avons bien indiqué dans la correspondance que cela doit être fait avant le 5 janvier 2020 », a expliqué Aboubacar Soumah.

Le président Alpha Condé a annonce que  les économies réalisées lors de l’assainissement du fichier serviront à améliorer la situation des enseignants, sans affecter l’indice salarial, conformément au protocole d’accord signé par le Gouvernement et les partenaires sociaux en janvier 2019. Mieux, le chef de l’Etat a aussi promis l’actualisation des primes en lien avec le statut particulier de l’éducation. Mais est-ce suffisant ? NON. Le secrétaire général du SLECG a donné un ultimatum de trois jours au gouvernement de Kassory Fofana avant de déclencher une grève dans le secteur de l’éducation.

« Nous attendons une correspondance d’ici le 5 janvier. Si à cette date,  on n’a pas une correspondance d’ici là, nous allons nous retrouver pour prendre des dispositions qui s’imposent. C’est-à-dire voir la possibilité de faire recours aux moyens légaux que nous avons pour faire aboutir nos revendications. Nous tenons aux 8 millions, on a fait 3 mois de grève pour ces 8 millions, nos camarades sont morts pour ça, des familles sont déplacées à cause de ça. Donc vous voulez qu’on laisse tomber ça ? Non ! Aujourd’hui nous sommes le 2 janvier. Et jusqu’à présent on n’a pas reçu de correspondance. Le samedi 4 janvier nous allons tenir notre assemblée générale au cours de laquelle nous allons essayer de prendre des dispositions », a annoncé Aboubacar Soumah.

Dossier à suivre…

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 666 134 023

Créé le 2 janvier 2020 18:27

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces