Guinée : le Gouvernement fait un clin d’œil à la troïka et demande une trêve de 24 mois…

Transition Guinéenne
De gauche à droite, Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne, Balla Samoura, haut commandant de la Gendarmerie et le Premier ministre Dr Bernard Goumou
De gauche à droite, Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne, Balla Samoura, haut commandant de la Gendarmerie et le Premier ministre Dr Bernard Goumou

CONAKRY- C’est une demande solennelle que vient de faire le Gouvernement de transition. Présidant lundi 05 décembre 2022, l’ouverture de la session des plénières du cadre de dialogue inclusif inter-guinéen, le Premier Ministre a lancé un appel à tous les acteurs impliqués dans le cadre du processus du retour à l’ordre constitutionnel.

Réitérant la main tendue à la troïka « ANAD, RPG ARC CIEL, FNDC POLITIQUE », rassemblement des trois grandes coalitions politiques du pays, Dr Bernard Goumou a sollicité une trêve de 24 mois pour un retour constitutionnel apaisé.

« Nous maintenons notre principe de promouvoir la concorde nationale par le dialogue inclusif menée de manière transparente et de bonne foi », a assuré le chef du Gouvernement guinéen.

Le cadre de dialogue ne se clôturera pas définitivement à l’adoption des résolutions soumises, précise le Premier ministre, assurant qu’il restera ouvert durant toute la durée de la transition, c’est-à-dire durant les 24 mois à venir.

 « Les frères et les sœurs que nous avons invités à plusieurs reprises sont toujours les bienvenus. Nous maintenons la main tendue conformément à la volonté de son excellence M. le Président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya », a lancé M. Goumou.

Réunis en sommet dimanche 04 décembre à Accra, les chefs d’Etat de la Cedeao ont jeté un coup de froid au dialogue en cours, exigeant de la junte un « dialogue inclusif » quitte à ce que celui-ci soit délocalisé vers une capitale d’un des pays de la sous-région.

Le cadre de dialogue inclusif inter-guinéen permet de discuter durant les deux ans de la transition des conditions pour un retour apaisé et consensuel à l’ordre constitutionnel, a tenu à préciser le Premier ministre.

« L’existence dialogue inclusif inter-guinéen vise à instituer la concertation comme voie de rapprochement des divergences et de résolution pacifique des différends. C’est pourquoi, je demande solennellement une trêve de 24 mois pour un retour à l’ordre constitutionnel et que ce cadre de dialogue soit le seul cadre d’échange », a lancé le Chef du Gouvernement alors que de nouvelles actions de mobilisations ne sont pas exclues en début d’année 2023 par le FNDC, fer de lance de la lutte pour le retour à l'ordre constitutionnel.

A suivre…

Africaguinee.com

Créé le Mardi 06 décembre 2022 à 7:54