Témoignage du Général Baldé : "A la veille de la manifestation du 28 septembre 2009…"

Procès 28 septembre 2009
Général Ibrahima Baldé, ancien haut commandant de la Gendarmerie
Général Ibrahima Baldé, ancien haut commandant de la Gendarmerie

CONAKRY- Son nom revient souvent dans le procès en cours des auteurs présumés du massacre du 28 septembre 2009. Le Général (à la retraite) Ibrahima Baldé, ancien haut commandant de la Gendarmerie Nationale, a fait un témoignage qui jette la lumière sur les dispositions sécuritaires envisagées par la hiérarchie militaire à la vielle de la manifestation du 28 septembre 2009.

Dans un extrait du procès-verbal de déposition de témoin, cet officier supérieur à la retraite affirme que des instructions avaient été données lors d’une réunion tenue à l’état-major des armées de caserner tous les autres corps exceptées la gendarmerie et la police, si la manifestation du 28 septembre 2009 avait lieu. Ce sont ces deux unités qui devaient assurer le maintien d’ordre ce jour. Extrait.

Lire aussi-Affaire 28 septembre-témoignage du chef des armées de Dadis : "Le Président m’avait dit…"

« A la date du 27 septembre 2009, j’ai été convié à une réunion à l’état-major général des armées. Au cours de cette réunion, il a été question de prendre des instructions sur les dispositions concernant les informations qui étaient en notre possession et les dispositifs sécuritaires à mettre en place. Il a été retenu que s’il y avait marche, seule la Gendarmerie et la police nationale devraient assurer le maintien d’ordre, les autres corps devraient être casernés », a indiqué le Général Baldé, selon des propos contenus dans son procès-verbal d’interrogatoire de témoins.

Ce témoignage corrobore avec celui du Chef des armées à l’époque des faits. Le colonel Oumar Sanoh, dans sa déposition de témoin a indiqué qu’à la veille de la manifestation, il avait reçu l’ordre du capitaine Moussa Dadis Camara de consigner tous les militaires dans les casernes à l’exception de la gendarmerie et de la police qui sont chargées du maintien d’ordre.

Le chef d’Etat-major des armées indique qu’en exécution de ces instructions, il avait convoqué au camp Alpha Yaya Diallo, tous les chefs d’états-majors, ainsi que le directeur national des services de police et son adjoint.

A cette occasion, il déclare avoir répercuté la consigne qui lui avait  été donnée par le Chef de l’Etat.

A suivre…

Africaguinee.com

Créé le Mardi 29 novembre 2022 à 18:56