Guinée : les dirigeants de l’OIF déplorent les détentions de personnalités politiques et de la société civile…

Francophonie
Louise Mushikiwabo, la Secrétaire Générale de la Francophonie, Emmanuel Macron et Kais Said
Louise Mushikiwabo, la Secrétaire Générale de la Francophonie, Emmanuel Macron et Kais Said

DJERBA-Nous l’avions mentionné précédemment avec notre envoyé spécial à Djerba. La situation de la Guinée, plongée dans une transition politique depuis le 05 septembre 2021, n’a pas été en marge des discussions des chefs d’Etat, lors du 18ème sommet de la Francophonie qui s’est tenu sur l'île de Djerba en Tunisie, les 19 et 20 novembre dernier.

Lire aussi-Francophonie : La Guinée, le Mali, le Burkina…grands absents du Sommet en raison des sanctions

En raison du coup d’Etat dont elle a été le théâtre, la Guinée n’était pas invitée à ce sommet, tout comme le Tchad, le Mali et Burkina Faso. Mais la Déclaration de Djerba ayant sanctionné ce sommet n’a pas occulté le climat actuel que traverse le pays alors que plusieurs dirigeants politiques et de la société civile sont écroués depuis plusieurs mois.

Lire aussi-Francophonie : Les enjeux du sommet des Chefs d'Etat ouvert à Djerba...

Justement par rapport à ces détentions, la Francophonie déplore les arrestations de personnalités politiques et de la société civile ainsi que les violences (meurtrières) ayant eu lieu lors des manifestations en Guinée depuis fin juillet.

Lire aussi-Guinée : Ce que l'OIF compte faire face aux crises...

Alors que les manifestations de rues sont interdites depuis mai de cette année, l’Organisation Internationale de la Francophonie réaffirme son attachement aux « droits et libertés fondamentaux » ainsi qu’au respect des droits de l’homme.

Nous y reviendrons !

Africaguinee.com

Créé le Vendredi 25 novembre 2022 à 15:45

TAGS