Cas Ibrahima et Foniké Mengué : le FNDC tire la sonnette d’alarme…

Guinée
Ibrahima Diallo, chargé des opérations et Foniké Mengue Cordinateur national du FNDC
Ibrahima Diallo, chargé des opérations et Foniké Mengue Cordinateur national du FNDC

CONAKRY-Ce lundi marque le 8ème jour de la grève de la faim déclenchée depuis la maison centrale par Oumar Sylla alias Foniké Mengué et Ibrahima Diallo, pour exiger l’ouverture de leur procès. Ces deux responsables du FNDC sont incarcérés détenus depuis le 1er août 2022.

Officiellement, ils sont accusés de "participation délictueuse à un attroupement interdit, troubles à l’ordre public, destruction de biens publics et privés, incendies volontaires, pillages et coups et blessures". Alors qu’ils rejettent ces accusations, le doyen des juges d’instruction du Tribunal de première instance de Dixinn a prononcé un non-lieu partiel en leur faveur, sans fixer la date pour l’ouverture du procès.

Pour le FNDC, mouvement dissous depuis environ quatre mois, MM. Diallo et Sylla sont « des prisonniers personnels du CNRD et de son gouvernement », accusés d’avoir une « attitude méprisante vis-à-vis des droits de l'homme et de l'Etat de droit ».

Lire aussi-Grève de la faim : Des émissaires du ministère de la Justice à la rencontre de Foniké Mengué et Ibrahima Diallo

Le coordinateur national et responsable des Opérations du FNDC ont été arrêtés suite aux violentes manifestation anti-junte de fin juillet dernier, soldées par des morts et nombreux blessés par balles.

Sékou Koundounou et ses camarades dénoncent « l'instrumentalisation de la justice guinéenne par les putschistes au pouvoir pour réprimer les leaders sociaux et politiques qui exigent le retour rapide à un ordre constitutionnel ». Ils préviennent que le régime en place sera tenu pour « responsable de tout ce qui adviendra » à Oumar Sylla et Ibrahima Diallo.

Le 9 novembre dernier, une délégation du ministère de la justice et des droits de l'homme a rendu visite à la maison centrale, aux leaders du FNDC pour leur demander de stopper leur grève de la faim. Ils ont conditionné cet arrêt par l’annonce de la date d’ouverture de leur procès.

A suivre…

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Dimanche 13 novembre 2022 à 20:41