Guinée : « 95% des projets miniers en phase de développement sont en situation irrégulière », selon le Coordinateur des Projets Miniers

Mines
Ibrahima Khalil Keita, Directeur Général du Service National de Coordination des Projets Miniers
Ibrahima Khalil Keita, Directeur Général du Service National de Coordination des Projets Miniers

CONAKRY-Le Ministère des Mines et de la Géologie s’est concerté ce vendredi 04 novembre avec des responsables des Sociétés minières en phase de développement. Lors de cette rencontre, le Directeur du Service de Coordination des Projets miniers, a révélé que 95% des Sociétés minières en développement ne sont pas en phase avec leurs chronogrammes.

C’est dans ce cadre que des hauts cadres du ministère des Mines et de la Géologie se sont entretenus ce 04 novembre 2022 avec des responsables des Sociétés minières en phase de développement en vue de les écouter, mais aussi rappeler les règles régissant le secteur. La rencontre a été présidée par le Secrétaire Général du ministère Bachir Camara.

L’objectif de cette rencontre est non seulement de rassurer les partenaires, mais aussi et surtout de leur dire que le département comprend leurs difficultés. L’autre volet de cette entrevue est de rappeler ces dirigeants miniers qu’il y a des règles qui régissent le secteur qui doivent être respectées.

« Dans le cadre de suivi de leurs travaux, on voudrait travailler avec eux, main dans la main pour nous rassurer, que chacun en ce qui le concerne effectue son travail suivant le chronogramme qui a été validé, suivant le plan de décaissement soumis à l’administration, les études de faisabilité. Le but est de nous assurer que les projets ne vont plus rester dormant. C’est pourquoi on a fait appel à nos partenaires, pour voir comment on peut travailler ensemble pour le futur », a déclaré le Secrétaire Général du ministère.

Selon M. Camara, le département des mines et de la géologie est en train de travailler pour la mise en place des voies et moyens pour se rassurer que chaque entreprise minière qui vient en Guinée respecte son engagement.

« Tout le monde doit respecter son engagement y compris l’Etat.  Nous avons des équipes au sein du département qui vont aller sur le terrain pour voir effectivement si c’est ce qu’on nous a promis qui est en train de se réaliser sur le terrain. Par contre, s’il y a des problèmes, qu’ils viennent vers nous qu’on discute et qu’on trouve une solution applicable », a ajouté le Secrétaire Général du département des Mines et de la Géologie, dirigé par Moussa Magassouba.

Depuis le 5 septembre, il y a eu beaucoup d’actes qui ont été posés dans le cadre de l’amélioration du secteur minier guinéen. Parmi les actes posés, il y a le suivi et le contrôle des projets miniers sur le terrain, a rappelé Ibrahima Khalil Keita, Directeur Général du Service National de Coordination des Projets Miniers.

« Suite à notre dernière mission qu’on a effectuée sur l’ensemble du territoire national, il s’est assorti que les 95% des projets miniers qui sont en phase de développement sont en situation irrégulière. Il était de notre devoir d’inviter les sociétés minières en développement pour leur expliquer ce constat. C’est une information qui concerne tous les projets en développement. Donc, il était important de les rappeler certaines obligations du code minier notamment les articles 15 et suivants, et les inviter à suivre la nouvelle orientation. Avec cette nouvelle méthode de travail, on les invite à déposer le chronogramme conformément à celui initialement établi. Il n’y aura pas de changement. Chaque année on va le faire. Ils vont envoyer le plan de décaissement, le justificatif lié à leur capacité financière et le contenu, faire une lettre d’engagement pour respecter tous les documents soumis à la société minière », a fait savoir le Coordinateur des projets miniers.

Pour la directrice des relations extérieures de Dynamic Mining, l’organisation de cette session de travail est très importante. Selon elle, la rencontre a permis aux uns et aux autres de savoir les problèmes auxquels ils sont confrontés. « C’est aussi une occasion de rappeler les obligations des sociétés minières tout ce qui est dans le code minier et surtout accentuer sur le respect du chronogramme. Ce qui est très important.  D’ailleurs le respect du chronogramme tient à cœur les sociétés minières tout comme le département des Mines. C’est à l’avantage de tout le monde car plus les projets durent, plus le coût du projet augmente », a indiqué Mata Barry.

En ce qui concerne les manquements constatés dans les chronogrammes, elle admet que les sociétés sont confrontées à des difficultés liées à des cas de forces majeures.

« J’ai demandé le soutien du département quant à l’obtention de permis et licences délivrés par d’autres départements ministériels afin que l’on puisse les avoir à temps. Nous demandons l’accompagnement du département comme ils l’ont toujours fait et en train de le faire », a lancé la directrice des relations extérieures de Dynamic Mining.

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 664 72 76 28

Créé le Samedi 05 novembre 2022 à 11:50

TAGS