Bauxite : Immersion dans les installations de GAC qui ambitionne d’exporter 13,7 millions de tonnes à la fin de l’année 2022

Mines

Avec 4 autres journalistes, nous avons été invités à visiter les installations de la société minière Guinea Alumina Corporation (GAC) qui se situent dans la préfecture Boké, au nord-est de la Guinée. Du 25 au 28 octobre 2022, nous avons séjourné à Tinguilinta, où se trouve la mine, et aussi à Kamsar, d’où la compagnie exporte la bauxite vers ses clients de Chine, d’Inde et des Émirats arabes unis.  Récit d’un séjour enrichissant et instructif au sein d’une entreprise qui poursuit sa montée en puissance trois ans après l’exportation de sa première tonne de bauxite.

La concession minière de GAC qui s’étend sur les plateaux de Tinguilinta couvre une superficie de 690 km². C’est la première étape de notre visite. Nous y arrivons après plusieurs heures de route et nous sommes directement accueillis à la clinique du Camp Pionner où sont logés les employés de GAC et de ses sous-traitants qui opèrent dans sa mine. Ici, les tests de Covid-19 sont toujours en place même si le protocole sanitaire a été allégé en raison de la diminution du nombre de cas dans le pays. Une fois testés négatifs, le camp nous est ouvert, avec une séance d’induction à la santé et à la sécurité pour nous préparer à la visite de la mine le lendemain matin.

La santé et la sécurité comme première valeur

S’il y a bien une chose qui vous marque quand vous arrivez à GAC, c’est la culture de santé et de sécurité. Durant tout notre séjour, nous allons en entendre parler. Elle est bien ancrée et tous les employés y sont attachés. « Aucune tonne de bauxite exportée n’a plus de valeur que la santé et la sécurité de nos employés » a martelé durant toute la visite, le directeur de la mine, Moussa Mara. Les employés sont invités à arrêter les opérations s’ils jugent qu’une activité peut s’avérer dangereuse pour la santé et la sécurité du personnel. « Notre taux d’accident sans arrêt de travail est de 0,8%. Ce qui est une excellente performance dans l’industrie minière. À GAC, nous ne voulons aucun blessé, de quelque nature que ça soit. C’est pourquoi nous sommes de plus en plus attentifs et nous prenons les mesures pour assurer la sécurité de tous les travailleurs et visiteurs sur nos installations », a souligné Amadou Oury Bah qui travaille au département santé & sécurité de GAC.

Une entreprise soucieuse de l’environnement et des communautés voisines

S’il y a une autre préoccupation à GAC, en dehors bien entendu de produire de la bauxite en quantité et en qualité, c’est l’environnement. L’entreprise a déjà démarré son programme de réhabilitation avant même la fermeture de sa mine. Sur les 100 hectares de terres à réhabiliter en 2021, elle en a réhabilité 116 avec l’appui des communautés de sa concession. L’essentiel des plants qui ont servi à la réhabilitation a été fourni par les groupements de pépiniéristes communautaires qui ont trouvé ainsi une nouvelle source de revenus.

À Bely Kindi, un village réinstallé, GAC finance la formation des jeunes filles de la localité en couture avec l’appui du programme Intégra. Elles ont été regroupées en coopérative et parviennent aujourd’hui à être autonomes grâce à ce qu’elles ont appris. Sur les murs des locaux qui leur servent d’atelier, s’affichent fièrement leurs modèles d’uniformes cousus par elles. Elles n’ont pas appris qu’à coudre, elles ont aussi été formées à gérer leur coopérative et surtout à démarcher les entreprises minières de la sous-région. Elles ont déjà réalisé une commande pour DTP, une entreprise sous-traitante de GAC qui leur a commandé ses fanions pour la mine.

Un attachement au contenu local

Youssouf Sylla, le nouveau directeur général de GAC, a longtemps servi comme directeur des achats pour l’entreprise avant d’être nommé à son poste. Il parle du développement du contenu local avec beaucoup d’intérêts et souhaite faire de GAC un exemple dans ce domaine. L’entreprise a dépensé en 2021 pour 111,7 millions de dollars en achat local. Cela représente 52% de tous les achats effectués par GAC qui souhaite justement doubler sa participation à l’économie nationale en se fournissant auprès d’entreprises locales notamment.

Des opérations minières de grande envergure

L’exploitation minière à GAC tourne 24 h/24 et 7 jours sur 7. Les camions se relaient à tour de rôle pour déverser les roches extraites à la mine dans un gros entonnoir qui les concasse pour rendre la bauxite plus facile à transporter par le chemin de fer. Le minerai concassé arrive ensuite par un système de convoyeurs sur une zone de stockages d’une capacité de xxx tonnes d’où il est chargé dans des wagons pour être transporté vers le port de GAC à Kamsar sur une distance de 90 km.

Pour optimiser le transport de son minerai, la compagnie a fait passer ses trains de 120 à 150 wagons en février 2022. Trois trains quittent chaque jour la mine pour le port. GAC est en mesure d’opérer un quatrième train si l’opportunité se présentait.

Une fois au port, les trains sont déchargés par un culbuteur à wagons, capable de déverser deux wagons à la fois. La bauxite est soit stockée, soit acheminée directement à la barge grâce à une roue-pelle, gigantesque machine de la longueur d’un terrain de foot et qui culmine à près de 25 mètres de hauteur.

En trois ans, GAC a réussi à augmenter ses exportations de 1 million de tonnes en 2019 à 11,7 millions de tonnes en 2021. Elle a l’ambition d’exporter 13,7 millions de tonnes à la fin de l’année 2022.

De retour de Boké, Siba Guilavogui

Pour Africaguinee.com

Créé le Lundi 31 octobre 2022 à 14:50

TAGS