Guinée : L’autre défi qui attend Doumbouya après l’accord obtenu avec la Cedeao

Guinée
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne

CONAKRY-Peu d’analystes politiques prédisaient un dénouement si prompt du bras de fer qui opposait la Communauté Économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) à la junte au Pouvoir en Guinée, autour de la durée de la transition. Erreur, tous les pronostics pessimistes ont été faussés.

Les autorités de la transition ont pu accorder leurs violons avec l’organisation des pays ouest-africains dirigée par Umaro Sissoco Embalo. Bien que devant être approuvé (selon la commission) par la conférence des chefs d’Etat de la Cedeao lors de leur prochain sommet (dont la date n’est pas encore fixée), l’accord signé le 21 octobre 2022 est un grand pas pour la junte. Ayant réglé le malentendu qui était presque devenu chronique avec la Cedeao, Mamadi Doumbouya va désormais se concentrer sur les problèmes endogènes qui assaillent son pays. A ce propos, le défi est de taille. Surtout au niveau de l’ouverture du dialogue.

Plus les semaines et mois passent, l’on a l’impression que le fossé se creuse entre les autorités de la transition et une partie de la classe politique et de la société civile. La répression sanglante des manifestations, les arrestations et convocations en cascade auxquelles on assiste depuis fin juillet, ne découragent guère les organisateurs et ceux qui répondent à leurs appels.

Au contraire, elles aggravent les frustrations internes et sapent les espoirs d’une résolution diligente de la crise actuelle qui s’enlise. Crise à l’origine de laquelle, il y a la décision de la junte d’interdire, depuis mai dernier, toutes manifestations d’ordre politique dans les rues jusqu’aux périodes de campagne électorales.

Les récentes convocations de huit leaders politiques membres de l’ANAD, de la CORED, intervenues la semaine dernière suite à la manifestation du 20 octobre 2022, crispent davantage la situation. Ce, alors que les efforts en cours de Dr Makalé Traoré et son équipe pour réunir tous les acteurs autour du dialogue inclusif voulu par le Gouvernement, se heurtent à un mur de méfiance de la part du quatuor « RPG arc-en-ciel, ANAD, Cored, FNDC politique ».

Certes, le Gouvernement ne cesse de réitérer sa volonté d’aller à un dialogue avec tous les acteurs pour favoriser une conduite apaisée de la transition, mais au stade actuel, il ne faut guère se leurrer : les chances de voir cette démarche aboutir s’amenuisent de plus en plus.

Dès lors, une question taraude les esprits. Comment ramener la sérénité et la confiance pouvant rassembler tous les acteurs autour de la table ? Là est l’autre grand défi qui attend le colonel Mamadi Doumbouya.

A suivre…

Africaguinee.com

Créé le Mardi 25 octobre 2022 à 10:47