Exactions de 2009 : Voici les versions du garde de corps de Dadis et de l’adjoint de Toumba…

Procès du dossier 28 septembre
Des accusés dans le dossier 28 septembre à la barre
Des accusés dans le dossier 28 septembre à la barre

CONAKRY-En Guinée, le procès des auteurs présumés des massacres du 28 septembre 2009 se poursuit au tribunal criminel de Dixinn, délocalisé à la Cour d’Appel de Conakry. Une dizaine d’accusés dont l’ancien Président Moussa Dadis Camara, sont à la barre.

Ils ont tous livré leurs versions sur la commission de ces exactions aux magistrats instructeurs. Dans l’ordonnance de renvoi consulté par Africaguinee.com, tous les accusés ont rejeté les lourdes charges portées sur eux. Ci-dessous, nous vous livrons les versions de Cécé Raphaël Haba, ex garde du corps de Dadis Camara, Marcel Guilavogui, adjoint de Toumba Diakité, au moment des faits.

Cécé Raphaël Haba

Cécé Raphaël Haba militaire et garde du corps du Moussa Dadis Camara déclare être rentré de Labé la veille des événements du stade du 28 septembre 2009 et avoir bénéficié d'une journée de repos accordée par Toumba Diakité. Il indique que le jour des évènements, il aurait accompagné son épouse très souffrante et en fin de grossesse dans un centre de soins situé à la Tannerie. Il déclare avoir prolongé ses congés jusqu'au 2 octobre puis aurait bénéficié d'un supplémentaire accordé par Aboubacar Sidiki Diakité dit Toumba jusqu'au 8 octobre. Ce dernier selon lui, est en mesure de confirmer cette autorisation.

Marcel Guilavogui 

Lors de son interrogatoire au fond, Marcel Guilavogui adjoint du lieutenant Toumba à l'époque des faits déclare, que le 28 septembre 2009 il était malade alité en raison d'un accident de la circulation survenu la veille à Kipé. Il affirme ne pas avoir été informé des dispositions prises en amont de la manifestation, ne pas avoir été au stade et n'avoir commis aucune des infractions qui lui sont rapprochées. Il nie avoir refusé l'admission des leaders blessés à la clinique Ambroise Paré sous la menace des armes. Il affirme ne rien savoir sur la présence des fosses communes ou l'enlèvement des cadavres. Il soutient que c'est Aboubacar Sidiki Diakité dit Toumba qui a dirigé l'intervention de la garde présidentielle au stade. 

Paul Mansa Guilavogui 

Au cours de son interrogatoire au fond, celui-ci confirmera avoir été présent au Camp Koundara au cours des jours suivants le massacre du stade du 28 septembre 2009 et avoir assisté à des séances de tortures infligées aux détenus par le militaire Begré et ses hommes. Il nie cependant avoir participé d'une quelconque façon à ces actes de tortures. Il indique néanmoins que Begré et Toumba se sont rendus au stade, accompagnés par leurs groupes de militaires. 

A suivre…

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Mercredi 05 octobre 2022 à 13:29