Haute Guinée : Moussa Magassouba boucle sa tournée de sensibilisation dans les zones minières...

Guinée
Moussa Magassouba, ministre des mines et de la géologie
Moussa Magassouba, ministre des mines et de la géologie

KANKAN- Le ministre des Mines et de la Géologie a bouclé sa tournée de sensibilisation dans les zones minières de la région de Kankan. Entamée le 19 septembre dernier, cette tournée avait pour objectif de vulgariser les acquis du Gouvernement dans le secteur minier et de promouvoir la bonne cohabitation entre les sociétés minières en exploitation et les communautés.

Pour la dernière étape de son périple, Moussa Magassouba et sa délégation se sont rendus respectivement dans le district de Balan, puis dans la sous-préfecture de Kiniero préfecture de Kouroussa, avant de boucler la boucle par la sous-préfecture de Siguirini. Là il s'est rendu dans la localité de Lero, riveraine de la société minière de Dinguiraye (SMD).  

Porteur du message du président de la transition, le ministre Moussa Magassouba a expliqué aux citoyens de ces localités minières les acquis du CNRD pour sa première année de gouvernance. Il a surtout insisté sur l’importance pour ces communautés de favoriser un climat de paix, d’entente et de cohabitation pacifique avec les sociétés minières.

A Kiniero, les sages de cette sous-préfecture de Kouroussa ont, de façon unanime, salué la démarche du ministre des Mines et de la Géologie. « C’est une première pour nous de voir un ministre de la République venir nous rencontrer, pour nous expliquer ce qui est en train d’être fait pour le pays par les dirigeants. Par rapport à la cohabitation pacifique avec les sociétés minières, nous nous engageons à œuvrer dans ce pays pour le bonheur de tous », a déclaré Mamadi Condé, un des sages de Kiniero s’exprimant au nom de la notabilité.

Dans cette localité, le problème de l’employabilité a été exprimé par les jeunes. Sur ce, le ministre des Mines et de la Géologie a tenu à rappeler que si les sociétés sont tenues obliger de recruter au sein de la communauté, mais il faudrait que les jeunes aient la compétence requise.

« A compétence égale, la priorité c’est les jeunes de la communauté. Mais, il faut que les jeunes aient une bonne formation répondant aux besoins des sociétés. C’est pourquoi je demande aux jeunes d’accepter de se former, de faire un métier, bien le maitriser. Ce n’est pas parce qu’on est détenteur d’un diplôme, on doit forcément être recruté par l’entreprise. Il faut que la qualification ou le diplôme du jeune réponde aux besoins de l’entreprise. C’est pourquoi les jeunes doivent impérativement se former, apprendre un métier, (chauffeur, menuiserie…) pour maximiser leur chance lors du recrutement », a lancé Moussa Magassouba.

Après son allocution avec les communautés, le ministre a également rencontré les responsables de l’entreprise SYCAMOR, une société en phase d’exploration qui évolue dans la sous-préfecture de Kiniero. A la sortie de cette rencontre, le directeur des affaires publiques et communautaires de SYCAMOR Mines de Guinée s’est dit rassuré par le ministre qui a pris le soin de s’adresser aux communautés mais aussi aux investisseurs.

" Ce qui me rassure davantage avec les messages du ministre partout où il est passé, c'est du fait que l'État a pris à bras le corps l'accompagnement des sociétés minières. C'est très important », a déclaré Oumar Farouk Traoré.

Les sociétés rencontrent beaucoup de difficultés dues au manque de communication criard par des régimes passés, surtout la mauvaise information donnée sur le contenu local-a-t-il fait remarquer.

« Le contenu local dit que le Guinéen, partout où il est, il doit se sentir chez lui. Mais si on commence à le persécuter en disant :  tel vient de Kankan, l'autre Mandiana ou Siguiri, ça ne rassure pas. Mais à travers l'intervention du ministre, nous avons compris que le Guinéen, partout il est, c'est chez lui. Parce que tout le problème c'est là.  On n'a pas dit que la priorité ne sera pas donnée à la communauté. A compétence égale, la priorité serait donnée à la communauté dans laquelle la société intervient. Mais cela ne doit pas être un facteur d'exclusion des autres venant d'autres communautés. Car c'est là où le bas blesse. Mais à travers l'intervention du ministre je suis rassuré, et je sais que nous allons opérer dans la paix et la quiétude parce que les 90% des problèmes que nous rencontrons sur le terrain, c'est lié au recrutement, le manque de communication qui est lié à ça.  Le code minier guinéen parle de guinéenisation des emplois, on n'a pas dit la régionalisation des emplois. Alors si le ministre a pris à bras le corps ce sujet, il a compris le problème et je pense que ses messages peuvent sauver », a ajouté Oumar Farouk Traoré.

En plus du respect du contenu local, la compensation des terres est l’un des problèmes soulevés par les communautés par rapport à la présence des entreprises au sein de leurs localités. Bien que rassuré, le directeur des affaires publiques et communautaires de SYCAMOR Mines de Guinée estime que l’élaboration et la vulgarisation d’un document règlementant cette problématique pourrait beaucoup aider.

District de Lero, la dernière étape de la sensibilisation

A Lero, dans la sous-préfecture de Siguirini, le ministre a également sensibilisé les localités de Carrefour, Alina et Lero Centre. Les communautés de ces localités ont été réunies au centre de Léro, où le ministre des Mines a eu à passer le message de paix, de bonne cohabitation et surtout des différents engagements de part et d’autre.

« L’Etat est à l’écoute des communautés », a indiqué le ministre. Mais dans le cadre des réclamations, il y a une chaine à suivre leur a-t-il rappelé, précisant qu’il faut d’abord privilégier l’intérêt national. Ceci doit commencer par la préservation de la quiétude sociale entre les communautés et les sociétés minières.  

« Si vous avez des revendications, il y a des interlocuteurs. A savoir, le ou les responsables aux relations communautaires des sociétés minières à qui il faut adresser une lettre pour expliquer vos besoins. S’il n’y a pas de suite, il faut voir la direction générale de la société, si celle-ci ne réagit pas, il y a les directeurs préfectoraux des Mines qui relèvent directement du ministère, toutes ces personnes sont des interlocuteurs directs qui peuvent œuvrer pour l’obtention de vos revendications. Car si ces gens-là sont saisis, le préfet, le gouverneur, le ministre et le président de la République sont aussitôt informés », a ajouté le ministre.

Le développement la Guinée en général et celui des communautés impactées par les activités minières est une priorité du gouvernement, a-t-il ajouté. Mais pour que les communautés puissent accéder à des postes de responsabilité au sein de ces entreprises, il a invité les jeunes à accepter de se former, de s’orienter vers les écoles professionnelles pour avoir une formation qualifiante qui leur permettra d’être employés. Car selon lui, pour que le processus de guinéénéisation des entreprises soit possible, il faudrait que les jeunes aient une formation de haut niveau, bien qualifiée dans les branches techniques, de l’expérience pour avoir la possibilité de diriger un poste de responsabilité d’une entreprise minière évoluant soit dans sa localité ou ailleurs en Guinée.

Aux parents, le ministre les a invités à scolariser leurs enfants, les encadrer pour avoir une formation de qualité et bien réussie. Tout ceci doit s’accompagner par une éducation à la base et une cohabitation pacifique, a expliqué le ministre.

Cette mission de sensibilisation a pris fin le mardi 27 septembre 2022, dans la sous-préfecture de Siguirini, qui relève administrativement de Siguiri.

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : 00224 664 72 76 28

Créé le Vendredi 30 septembre 2022 à 14:55

TAGS