Massacres de 2009 : La version des faits de Dadis Camara dévoilée...

Guinée
Moussa Dadis Camara
Moussa Dadis Camara

CONAKRY-Le capitaine Moussa Dadis Camara, a comparu mercredi 28 septembre 2022, avec ses coaccusés dans le massacre de 2009, devant le tribunal criminel de Dixinn, délocalisé à la Cour d’Appel de Conakry. Dans une salle archi-comble mais calme, le Président du tribunal Ibrahima Soy 2 Tounkara, a égrené les charges retenues contre les accusés renvoyés devant lui.  Pendant plus d’une heure, le Juge lisait l’Ordonnance de renvoi qui détaille tout sur la procédure d’instruction, la déposition des mis en cause. Voici la version de Dadis Camara sur ces crimes, selon l’ordonnance de renvoi. Explications.

Moussa Dadis Camara, capitaine de l'armée de terre et chef de la junte militaire au pouvoir moment des faits déclare avoir appris dans la nuit du 27 au 28 septembre qu'une manifestation allait être organisée le lendemain et avoir appelé immédiatement Sidya Touré pour obtenir le report de celle-ci. Mais celui-ci lui répondait être dans l'impossibilité de décaler la date prévue au motif qu'il se fait tard. Entre temps, la communication étant interrompu, il a repris son sommeil sous l'effet de la fatigue sans chercher à le rejoindre. Le lendemain vers 10h, il aurait appris par Joseph Makambo que la situation était en train de dégénérer et s'apprêtant à se rendre lui-même au stade qu'il en aurait été empêché par le Commandant Aboubacar Sidiki Diakité dit Toumba qui s'y serait rendu par lui-même sans ordre de sa part.

Apprenant que de nombreuses personnes ont été tuées au stade et des leaders blessés, il ordonnait que ces derniers soient transférés à la clinique Pasteur pour des soins d'urgence. Sorti précipitamment de son bureau, il ordonnait à tous les militaires présents de se tenir prêts pour mettre aux arrêts les auteurs de ces actes dont Aboubacar Sidiki Diakité dit Toumba. Cette stratégie, selon lui, est restée sans effet car Toumba et ses hommes du régiment de la garde présidentielle étaient suffisamment armées pour faire du mal.

D'où le choix de l'appel à l'aide des Nations Unies pour la mise en place d’une commission d'enquête internationale. Moussa Dadis Camara affirme qu'il n'a jamais donné l'ordre à Toumba ni aux hommes de la garde présidentielle, ni aux services spéciaux de la lutte contre la drogue et le grand banditisme de se rendre au stade. Cependant, qu'après les événements, le Général Mamadouba Toto Camara et le Commandant Thiegboro sont venus lui rendre compte des événements qui se sont déroulés au stade. 

S'agissant de la milice de Kaliah, Dadis Camara reconnaît qu'il y a eu un recrutement militaire à la demande et sous l'autorité du ministre de la défense Sékouba Konaté mais que ces personnes n'ont été ni recrutées ni formées en son nom. A propos des pillages des domiciles des leaders, ceux de Bambéto et Cosa ou des arrestations arbitraires, tortures et séquestrations au Camp Alpha Yaya Diallo et Koundara, Dadis Camara explique n'en n'avoir pas été tenu au courant, pas plus que l'existence des fosses communes. Il conteste avoir donné des instructions pour la commission des infractions le 28 septembre 2009. 

A suivre...

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Jeudi 29 septembre 2022 à 16:28