Transition : Des journalistes civils et militaires outillés sur la préservation de la paix

Conakry

CONAKRY-« Journalisme et paix », c'est autour de ce thème que trente (30) journalistes guinéens -dont un d'Africaguinee.com-, ont été outillés -du 08 et 09 septembre 2022- sur la notion de préservation de la paix en cette période transitoire.

Cet atelier de formation de deux jours a réuni à Conakry, des animateurs des émissions en langue nationale, des directeurs de publication de sites d'information ainsi des responsables de la Direction de l'Information et des Relations Publiques des Armées (DIRPA). C'est une initiative de l'agence de communication Fadji- Com, en collaboration avec le Ministère de la défense nationale. 

Dans son discours de circonstance, Ibrahima Djikinè président de la structure organisatrice a indiqué qu'en cette période de transition, il était important d'outiller la presse qui a un rôle important à jouer dans la préservation de la paix. 

« Les différents thèmes abordés serviront de boussole pour les participants dans les émissions pour qu'ils essayent désormais de véhiculer les messages reçus. Il ne s'agit pas seulement de suivre la formation mais il faut partager l'expérience acquise. Notre préoccupation aujourd'hui est de faire en sorte que la paix règne dans notre pays. Si nous vivons dans la paix, cette transition peut être une réussite », a-t-il déclaré. 

Pour sa part, Capitaine Alias Camara, directeur général de la DIRPA a félicité et encouragé les organisateurs pour cette initiative qui a regroupé les entité civilo- militaires. Une action qui permet dit-il, de renforcer davantage les liens de fraternité entre les journalistes civils et ceux de l'armée. Pour la réussite de la transition en cours, le patron de la DIRPA a fait savoir que la presse doit aider la population à comprendre les autorités et vice-versa. Pour y arriver, l'officier de l'armée a invité les journalistes à être objectifs et professionnels dans le traitement de l'information. 

« Lorsque l'unité nationale est menacée, l'intégrité territoriale menacée, nous devons à travers notre communication sauver la nation. C'est ce message que je voulais passer », a déclaré Capitaine Alias Camara, directeur général de la DIRPA.

Après ces deux jours de formation, le facilitateur Elhaj Oumar Camara a soutenu que les missions des journalistes et celles des militaires se recoupent. Pour preuve rappelle le formateur, les hommes de média sont les semeurs de la paix tandis que les militaires sont les extincteurs de feu dans la société. En cette période transitoire, il est du devoir de la presse d'œuvrer pour la paix sans laquelle le vivre ensemble sera entamé.

« C'est une de mes missions de faire profiter aux jeunes mon expérience. Aujourd'hui, il y a beaucoup de journalistes mais rares sont ceux qui respectent les règles, l'éthique et la déontologie. C'est tout notre devoir, nous aînés de leur apprendre le b-a-ba mais aussi le comportement pour la coexistence pacifique entre les Guinéens. Aujourd'hui, il y a des menaces dans la société guinéenne. Nous avons l'ethnie, la politique et le pouvoir financier. Quand on est journaliste, il faut avoir la tête sur les épaules pour pouvoir travailler convenablement en présence de tous ces pouvoirs parce que la paix n'a pas de prix. Notre première mission c'est de semer la graine de la paix, de la concorde, de la stabilité et du respect de l'ordre public », a lancé Elhaj Ousmane Camara.

Quant à eux, les bénéficiaires par la voix de leur porte-parole Abdoul Razack Savané, se sont réjouis de la qualité des thèmes abordés tout en remerciant les initiateurs de la formation. Ensuite, ils ont fait des recommandations dont entre autres : la démultiplication de ce genre d'atelier pour davantage renforcer les relations civilo-militaires, la création d'un réseau entre les participants civils et militaires et la mise en valeur par les journalistes de l'éthique et la déontologie de leur métier.

Siba Engagé

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 623 06 56 23

Créé le Samedi 10 septembre 2022 à 6:35