Femme au parcours inspirant : A la rencontre de Aissatou Bagnan Diallo…

Reportage
Aissatou Bagnan Diallo
Aissatou Bagnan Diallo

KINDIA-La région de Kindia, zone propice à l'agriculture attire de nos jours de nombreux jeunes diplômés. C’est le cas de Aissatou Bagnan Diallo, diplômée en Gestion Comptable, aujourd’hui présidente de l’Entreprise « Bagnan Agro-Business ». Notre correspondant dans la cité des agrumes a rencontré cette jeune entrepreneur.

Aïssatou Diallo est une passionnée de la terre. Depuis l’obtention de son diplôme, elle s’est est fixée comme nouvel objectif, le travail de la terre. En 2018, elle a été lauréate de la Fondation Tony Elumelu, une puissante organisation africaine à but non lucratif fondée en 2010 par le philanthrope nigerian Tony O. Elumelu.  Basée à Lagos, au Nigeria, elle appuie les jeunes entrepreneurs africains, à réaliser leur rêve.

La prouesse de notre jeune compatriote lui avait valu un prix symbolique qui lui permis de démarrer véritablement son aventure. Pour réaliser son rêve, la jeune dame décide de s'orienter dans la culture des plantes médicinales et aromatiques dans la ville de Kindia. Elle s'est offerte un domaine agricole dans la sous-préfecture de Friguiagbé précisément dans le district de Koliagbe, secteur Mansaya.

Loin de sa ville d'origine (Labé), Aissatou Bagnan Diallo n'a pas hésité longtemps à jeter son dévolu sur l'agriculture qu'elle pratique aujourd'hui avec fierté. Des difficultés, elle en a rencontré de tout ordre.

« Au début, j’avais un projet qui portait sur les plantes médicinales et aromatiques. J'ai travaillé sur ce projet, mais comme on le dit, dans toute activité, il arrive des moments où c’est le terrain qui commande. Après l’achat du domaine, je me suis rendue compte que les voisins étaient des éleveurs. C’est là j’ai compris que je ne pouvais pas faire une plantation d’arbre aromatique à côté des éleveurs sans que je ne sois victime de dévastation. J'ai donc réalisé un sondage qui m'a permis de réellement connaitre le type de culture approprié dans la zone. Finalement, j'ai compris que l'ananas pouvait marcher parce qu'il porte des piques. A un certain niveau de sa croissance, les bœufs ne pouvaient pas rentrer dans mon champ. Et cela m'évite d'être tout le temps en conflit avec les autochtones qui ont une vocation agropastorale. C’est la raison qui a fait que j’ai réorienté mon projet dans la production de l’ananas », explique-t-elle.

Le choix de la région de Kindia pour mener ses activités agricoles s’est très imposé en elle. Non loin de Conakry (135 kilomètres), la cité des agrumes regorge de nombreux atouts. Pluviométrie abondante, mais surtout une population à forte croissance. Kindia attire aussi la convoitise de nombreux investisseurs agricoles. L’entrepreneure a très vite compris qu’il y avait là une somme d’opportunités et de potentialités à saisir.

Selon Aïssatou Diallo, c'est depuis sa tendre enfance qu'elle a porté son choix sur la nature. Déjà au collège de Hindé, dans la sous-préfecture de Hafia (Labé), elle faisait partie du club écologique spécialisé dans la protection de l’environnement et la promotion de la jeune fille. Appuyé les « peace corps » américains, Aissatou fait partie des membres fondateurs du Club Écologique du collège Hindé. Elle s’est illustrée surtout dans la préparation des pépinières, la sensibilisation contre la déforestation, la vulgarisation de foyers améliorés dans la communauté.

« Ma passion pour l’agriculture, la protection de la nature date de longtemps, depuis que je faisais le collège. Avant que je n’entame l’agriculture, je faisais des activités liées à la protection de l’environnement. On avait au sein de notre école un club écologique qui évoluait dans la protection de l’environnement, la promotion de la jeune fille, la protection de la végétation et surtout la vulgarisation des foyers améliorés au sein de la communauté. C'est de là que j’ai eu l’amour de la nature. Après mes études, j’ai jugé nécessaire de me lancer dans l’activité qui pouvait m’envoyer vers l’environnement parce que c’est ma passion », confie-t-elle.

Dans ses activités agricoles, Aissatou Bagnan Diallo a une particularité. Elle a opté pour l’agriculture « bio ». Elle n’utilise pas l’engrais. La parcours de cette jeune agricultrice n’a pas été un long fleuve tranquille. Des difficultés, elle en rencontré beaucoup et de plusieurs ordres. Ce qui l’a d’ailleurs freiné dans son élan. A plusieurs reprises, elle a victime d’incendies criminels, de sabotage dans son champ. La première fois remonte en 2019. Aïssatou Diallo a été victime de la destruction de son champ de patate presqu’en maturité.

« J’ai rencontré des difficultés auxquelles je ne m'attendais pas du tout. Mais j’étais préparée psychologiquement. En 2019, j’ai été victime de dévastation de mon champ de patate par les bœufs des éleveurs. A l’époque, j’ignorais qu’il y avait des éleveurs dans un des villages voisins à mon champ. C’est quand je suis venue constater les dégâts qu’on m’a raconté cela. Effectivement, quand je suis allée dans ce village, j’ai aperçu les pâturages. J’avais enregistré d’énormes pertes. C’était une grande déception. Tout un investissement financier et physique réduit à néant. Mais cela ne m’a pas découragée. Après quatre mois, j’ai transplanté les raisins. J'ai commencé par quelque chose de dix-mille pieds pour un essai. C’est ce que je pouvais entretenir.

Grande fut ma surprise, quand à mon retour de Labé, j’ai trouvé que l’homme qui m’avait vendu le domaine, a aussi donné une partie à un autre jeune qui avait débordé jusqu’à rentrer dans mon domaine. Je suis venue constater qu’effectivement, une personne étrangère utilise mon domaine. J'ai cherché à savoir qui était-ce ? Un jour je l'ai trouvé là-bas. Je lui ai demandé si c’est lui qui travaille là ? Il m’a dit oui. Je lui ai fait savoir qu’il a dépassé les limites entre nous. Il me dit que c’est un vieux qui lui a donné là-bas pour qu’il puisse travailler la tomate. J’ai cherché à connaitre le nom du monsieur qui lui avait vendu le domaine. Au terme de mon enquête, j’ai compris que c’est le même homme qui m’avait vendu mon terrain. J'ai fait appel au vieux en question et en même temps le monsieur qui était l’intermédiaire de l’achat de mon domaine, je leur ai fait savoir qu’ils ont dépassé les limites. Le vieux a voulu nier au départ, mais nous nous sommes rendus sur les lieux et effectivement c’était vrai. Et, nous avons réglé le problème à l’amiable », a indiqué Aissatou Diallo.

Ce n’est pas tout. De 2021 jusqu’à 2022, elle a également subi plusieurs actes de vandalisme et d’incendies. Des inconnus ont dévasté son champ à la suite d'un incendie volontaire. Malgré les multiples plaintes contre les présumés auteurs de ces actes criminels qui ont mis à l'eau plusieurs années d'investissement, Aissatou Diallo s'en remet à la volonté de Dieu, mais n’abdique pas.

« A la date du 27 janvier 2021, on m’appelle un matin bonheur pour m’informer qu’ils ont détruit les bornes qui délimitaient mon domaine. Lorsque je suis rentrée à Kindia j’ai porté plainte contre X pour connaitre l’origine du problème. En mars 2021, je suis partie encore pour vérifier mon domaine voir ce qui s’est passé là-bas. A mon arrivée, j’étais étonnée de trouver que la partie contenant du gingembre était partie en fumée. Heureusement que mes voisins se sont rassemblés pour sauver les ananas. Ce n’était pas un feu de brousse. C’était prémédité.

Il ne se sont pas limités à ça. Ils ont dévasté nos plants qui avaient déjà atteint la maturité. Les plants étaient déterrés et déposés au sol. J'’ai compris que tous les actes de vandalisme dont j'ai été victime ont été planifiés », regrette Aïssatou Bagnan Diallo.

Malgré ces actes de sabotage, qui lui ont été fatals dans le rendement de sa production, l’entrepreneure ne compte pas baisser les bras. Cette année, elle a enregistré d’énormes pertes, certes, mais elle compte aller jusqu’au bout de son rêve de mettre en place une industrie de transformation, respectueuse de l’environnement et des produits locaux bios sur le marché national et international.

Reportage réalisé par Chérif Keita,

Correspondant régional d’Africaguinee.com

A Kindia

Créé le Samedi 10 septembre 2022 à 15:11