Alerte-Kindia : Samaya en détresse...des craintes d’une "épidémie de choléra"

Basse Guinée

KINDIA-Dans la commune rurale de Samaya, située à 45 km de la préfecture de Kindia, les habitants de plusieurs districts sont en situation de détresse. Le fleuve Samou où est construit un barrage hydroélectrique depuis 1970, a débordé pour envahir plusieurs localités. Les habitants étaient habitués à de tels phénomènes mais l’ampleur cette année est inédite.

« Cette année, c’est du jamais vu », disent les sinistrés durement impactés. Les eaux du barrage de Samou sont montées à un niveau jamais atteint. Les villages environnants comme Kaporo, Walia, Ndoulibili, Kaleghbé situés, respectivement à 5 et 7 km de la sous-préfecture de Samaya, ont les pieds dans l’eau. Pour se déplacer d’une localité à l’autre, il faut emprunter des pirogues. 

Face à cette l’ampleur de la catastrophe, une mission d’urgence a été dépêchée par le préfet de Kindia colonel Abdel Kader Mangué Camara. Les dégâts sont énormes. Une trentaine de maisons, un poste de santé, des champs de riz, de gombos, de piments, ont été envahis par les eaux. Sur place, il n’y a plus d’eau potable. Les sinistrés se demandent par où donner de la tête. 

Pour se rendre à Kaporo, un des districts durement impactés, il faut faire une vingtaine de minutes dans une pirogue motorisée alors qu’autrefois, on pouvait le faire avec un temps nettement moins. Tout ça, à cause de la montée des eaux du barrage de Samou, disent les citoyens impactés. 

Sur le terrain, c’est la désolation totale a-t-on constaté. Les habitants sont désemparés certains veulent quitter les lieux. La situation dure depuis trois jours. L’eau des puits est souillée par des matières fécales. Accentuant le risque de maladies hydriques comme le choléra ou la diarrhée. Ce n’est pas tout. Les sinistrés sont aussi exposés au risque de morsures de serpents.

Interrogé, le chef du poste de santé de Kaporo, Abdoulaye Bangoura indique que le risque d’une épidémie de choléra n’est pas à exclure. Selon lui, « il n’y a plus d’eau potable parce que l’eau s’est mélangée avec les eaux des toilettes. Si rien n’est fait, on pourra s’attendre au pire dans les jours à venir », a-t-il alerté. Le poste de santé est carrément inondé, aucun soin n’est pas pratiquement possible. Il demande une intervention des plus hautes autorités dans l’urgence pour éviter le pire.

Le maire de la commune rurale de Samaya, Abdoulaye Camara lui aussi a tiré la sonnette d’alarme : « Nous sommes envahis par les eaux, les plus impactés sont Kalebghé dans Samaya centre, Kaporo, Walia. Ça fait deux jours que nous vivons cette triste réalité. Il n’y a plus d’eau propre à la consommation. Ici, les eaux des toilettes sont mélangées avec l’eau des puits on ne peut plus consommer cette eau. C’est la première fois que nous assistons à un tel désastre. Les champs de riz, de gombo, de pigment ont été tous dévastés.

Du côté du barrage, on nous dit que les trois vannes sont ouvertes pour laisser passer l’eau mais ça n’a pas suffi. Les dernières pluies qui se sont abattues sont à la base de ces inondations d’une ampleur inédite. Nous demandons à l’Etat de réagir pour venir en aide aux sinistrés », a-t-il lancé.

Depuis Kindia, Chérif Keita

Pour Africaguinee.com

Créé le Vendredi 02 septembre 2022 à 16:16