Scène surréaliste à Kipé : En plein sermon, un imam fait une crise et meurt

Guinée
L'imam Mamadou Dian Diallo
L'imam Mamadou Dian Diallo

CONAKRY-Alors qu'il faisait le traditionnel sermon du vendredi l'imam Mamadou Dian Diallo a fait une crise et a rendu l'âme quelques minutes plus tard. L'acte s'est passé le vendredi 19 août 2022, aux environs de 13h 40', à la Mosquée Al-KHADRE sise à Fodé Momoyah Kipé, dans la banlieue nord de Conakry.

Selon Ibrahima Sory Soumah, imam à la même mosquée, son collègue faisait le sermon du vendredi quand il a fait une crise qui lui a été fatale. C'est d'ailleurs lui que l'imam Mamadou Dian avait appelé pour lui demander de continuer le sermon du jour pendant qu'il cédait l'âme, devant des fidèles hébétés. Un reporter d'Africaguinee.com l'a interrogé ce lundi 22 août. Il explique comment il a vu son ancien collaborateur répondre à l'appel du Seigneur. 

"C'était l'un de nos collègues. Il était imam à la mosquée Al-KHADRE. Le vendredi passé, il a quitté chez lui pour venir à la mosquée pour diriger la prière. C'était son tour. Ce jour-là j'étais venu à 13heures. Je l'ai trouvé assis à la place des imams avant qu'il ne monte à l’estrade pour le sermon. Après salutations, je lui ai demandé si je pouvais rester à côté, il m'a dit non, d'aller en face pour que quand il commence le sermon, il puisse me fixer. Là-bas, il y avait un seul collègue qu'est l'imam Camara. C'est ainsi que je suis allé là où il m'a indiqué. J'ai fait deux rakats. Après, ils ont appelé l'imam pour le sermon. Il est monté et a commencé par la lecture du sermon en langue arabe jusqu'à la fin. Il était maintenant en train de faire la traduction en langue poular. 

Il a donc commencé la traduction. Mais au fur à mesure qu'il continuait, il perdait sa voix. De là où j’étais assis, je me demandais : est-ce que ça va bien chez lui ? On se fixait les yeux à deux. Quelques minutes plus tard, on entendait plus sa voix. Il a demandé au muezzin de lui apporter de l'eau à boire. L'eau lui a été apportée. Mamadou Dian a pris la tasse d'eau de sa main gauche pour la droite afin de prendre une gorgée, mais là il tremblait. Il m'a encore regardé mais tous les regards des fidèles étaient braqués sur lui. 

En me regardant, il m'a dit en poular : " imam Saïd : (ariiga) viens-là. Prends le sermon et continue, je ne peux plus, moi". Il m'a remis le sermon et le micro et j'ai continué.

En voulant se déplacer pour se retirer d'un pas, il a failli tomber. Mais le muezzin l'a tout de suite repris dans ses mains. Il (imam) a fortement serré le muezzin dans ses bras et il a commencé à ronfler. Il l'a fait trois fois environ avant que ça ne s'arrête. Entre temps moi je continuais le sermon. 

Notre collègue, imam Camara s'est déplacé pour rejoindre le muezzin. Quelques secondes après, l'administrateur de la mosquée les a rejoints. J'ai continué le sermon tout en faisant court car je savais que quelque chose venait de se produire. J'ai dirigé la prière et après avoir fini, on l'a transporté d'urgence à l'hôpital Sino-Guinéen se trouvant à côté. Mais il était déjà mort dans la mosquée. On ne pouvait pas aussitôt annoncer la triste nouvelle car il y avait assez de fidèles qui s'interrogeaient. C'est ainsi que j'ai suggéré qu'on aille à l'hôpital pour ne pas qu'on se prononce sans en avoir la certitude. Mais nous l'entourage, on savait déjà qu'il était mort", a expliqué imam Ibrahima Sory Soumah. 

Selon lui, avant cette crise, l'imam ne présentait pas un signe apparent de maladie. " C'est vrai qu'on traine tous des maladies plus ou moins visibles ou non, mais ce jour-là, l'imam Mamadou Dian était venu en forme. On peut dire que c'est son jour qui est arrivé. Car, dès que nous sommes arrivés à l'hôpital, il a été admis aux urgences. Les médecins l'ont mis sur la blancard pour le faire rentrer. Quelques minutes après, ils sont revenus vers nous pour nous confirmer son décès", a-t-il ajouté. 

L'imam Mamadou Dian était un homme de Dieu, explique son ancien collègue. Marié à une femme et père de 9 enfants, il était, selon son collègue un homme d'une sagesse rare, qui a consacré sa vie à la religion, et surtout à l'enseignement du coran et de la bonne pratique de l'islam. 

" L'imam Mamadou Dian, je ne pense pas si on peut avoir son deux. Comme Dieu est grand, on ne peut que s'en remettre à lui. C'était un homme sage. Sa foi religieuse avait atteint un niveau très élevé. Cette mosquée a été ouverte en 2016, mais depuis cette date, Mamadou Dian était avec nous, il avait une voix posée, sage. Même en parlant, il le fait doucement. Parfois même tu as envie de lui dire, élève un peu ta voix. On ne sait pas ailleurs, mais dans ce bas-monde, si ce sont les hommes qui jugent, nous nous allons dire que Imam Mamadou Dian est un homme de paradis", témoigne M. Ibrahima Sory Soumah, imam à la mosquée Al-KHADRE. 

Le défunt était originaire de Labé. Après la prière mortuaire à la mosquée Al-KHADRE, Imam Mamadou Dian a été inhumé le même jour au cimetière de Kipé, en présence des autorités religieuses communales, ses proches et des milliers de fidèles. 

Siddy Koundara Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel: (00224) 664 72 76 28

Créé le Lundi 22 août 2022 à 19:22

TAGS