Kounsitel : Orpaillage, prostitution et insécurité font « bon ménage »…

Gaoual

GAOUAL-Depuis la découverte de l'or, la commune rurale de Kounsitel (Gaoual), fait face à de nombreux défis.  Alors que le nombre d'habitants a presque triplé, le phénomène d'insécurité gagne de plus en plus du terrain. Actuellement, le quotidien des populations autochtones qui ont longtemps vécu dans la quiétude est rythmé par des attaques armées, le brigandage et la consommation des stupéfiants.

Autre fait nouveau, c'est l'envahissement de la localité par des cliniques clandestines qui pullulent comme des champignons. La prostitution gagne aussi du terrain. A cela s'ajoute l'épineuse question liée à l'avenir de l’éducation et l'élevage qui sont menacés. Un véritable casse-tête chinois pour les responsables locaux.

Les attaques nocturnes sont devenues monnaie courante dans la commune rurale de Kounsitel peuplée en grande partie d'orpailleurs venus de partout. Selon les informations, lors de la dernière attaque enregistrée dans la localité, des bandits ont réussi à dérober une forte somme d’argent et de l’or équivalant à près de 100 millions de francs guinéens.  Inquiet de la montée en flèche de l'insécurité dans sa zone, Mamadou Chérif Diallo, maire de Kounsitel soupçonne une complicité interne. A l'en croire, des enquêtes sont ouvertes pour essayer de retrouver les traces des inconnus.

Lire aussi-La ruée vers l'or à Gaoual : Plus 8000 orpailleurs débarquent à Kounsitel…

« Ils ont attaqué une station-service ici pour chercher de l’argent ils n’ont pas trouvé, et après vous avez entendu que trois magasins ont été attaqués ici. Ce sont des vendeurs d’or qui ont été attaqués. C'est plus de 100 millions de francs guinéens qu’ils ont emporté parce que pour le premier, il y a eu 31 millions plus maintenant 745 grammes d’or. Mais je pense qu’il y’a une complicité interne. Si un des bandits dit le coffre est là, c’est telle personne qui a les clés, mais je peux ouvrir moi-même, ça veut dire que y’a quelqu’un qui connaissait en tout cas l’intérieur. Et quand ils ont pris l’argent, après quelqu’un a dit, il reste l’or dedans. Retournez prendre l’or qui est là. Il y’a eu une douille de balle qu’on avait trouvée, elle a été remise à la police. Il s'agit de voir au moins s'il y’a une classification, si l’armée pouvait savoir cette catégorie de munition était destinée à quelle zone? Mais pour le moment personne n’a été arrêté », a-t-il indiqué.

Lire aussi-Kounsitel "étouffée" par son or : des militaires accusés de graves exactions…

En plus de l’insécurité, c’est la dépravation des mœurs qui gagne du terrain. Souvent dans les zones minières, la prostitution devient la principale source de revenus de certaines femmes qui se déplacent uniquement pour cette pratique. Aujourd'hui, Kounsitel vit la même réalité. Selon les explications du maire, la présence des prostituées a permis de réduire le taux de viol. Mais également soutient-il, les problèmes conjugaux sont à la baisse.

« On ne m’a pas remonté une information liée à un cas de viol ici. Vous savez, nous avons assez de prostituées qui viennent s’installer. Elles sont venues de partout. Actuellement nos femmes sont épargnées un peu, parce que quand il y’a trop de prostituées qui n’ont pas honte, il n’est pas facile de suivre un autre », a révélé le responsable local.

Si Kounsitel dispose d’un centre de santé, la capacité de prise en charge des patients n'est plus suffisante. Ce, à cause de l’afflux des orpailleurs. Profitant de cet état de fait, des fondateurs de cliniques clandestines opèrent dans la zone.

« Nous avons un centre de santé qui ne suffit plus. Donc on assiste à une floraison de cliniques clandestines. Pour le moment, nous n'avons pas déployé sur le terrain des services de la santé pour vérifier. Ce qui est sûr, il y’a eu l’implantation des cliniques partout surtout au moment où il y avait assez de monde. Mais nous nous ne pouvons pas savoir qui est bien et qui ne l’est pas. Pour un problème de santé chacun allait ou ça lui convenait. Nous sortons d’une réunion comme ça pour le plan d’aménagement de la ville. Donc les aménagistes viennent pour lotir, nous l’avons expliqué aux gens. Il y’avait une PME locale à laquelle nous avions attribué le ramassage des ordures mais nous avons vu qu’elle ne peut pas faire le travail. Nous avons repris les choses en main. Nous avons convenu de se mobiliser tous les lundis pour ramasser les ordures. Pour cette opération, nous affectons des camions pour aller déposer les ordures dans un site que nous avons choisi», a fait savoir le maire qui n'a manqué d'évoquer les difficultés rencontrées par les éleveurs, fortement touchés par l'exploitation artisanale de l'or.

Lire aussi-Kounsitel-Des "chasseurs d'or" refusent de détaler : "C'est impossible de retourner bredouilles…"

« Les éleveurs sont nombreux ici mais si cette exploitation continue ainsi ça serait très difficile pour eux. Nous avons des trous béants qui sont visibles çà et là. C'est dangereux pour les animaux domestiques. Ce n’est pas facile pour certains éleveurs qui ont décidé de migrer sur ont d’autres sites où l’exploitation n’est pas encore faite», a déclaré Mamadou Chérif Diallo. 

Avec la découverte du métal jaune à Kounsitel, l'éducation a pris un sérieux coup. Mais les autorités ont vite pris le devant en décidant d'interdire l'exploitation de l'or sur le site. Pour donc sauver l'école, la commune s'est engagée à recruter 18 contractuels communautaires payés à ses frais.

Lire aussi-De l’or découvert à Koundara: La grosse frayeur des agriculteurs de Guingan et Termessé face à la ruée…

« Heureusement les enfants n’ont pas abandonné. Vous savez comme au début les militaires sécurisaient la zone, personne ne pouvait entrer si tu n’as pas d’argent et les jeunes d’ici ne pouvaient l'avoir. Donc cela nous a beaucoup aidé car, les enfants sont restés en classe. Malheureusement le résultat est mauvais. Au primaire, il n'y a eu qu’un seul admis. Au collège c’est 0 admis et au Baccalauréat on n'avait pas de candidats pour Kounsitel. Il y a un manque d’enseignants partout. Nous avons des villages où ce sont les contractuels qui sont pris en charge par les villageois. Ce n’est pas tout le monde qui peut payer. La commune avait pris à ses frais pour toute l’année le salaire de 18 jeunes enseignants locaux et trois professeurs au collège, plus les agents de santé aux postes », a déclaré Mamadou Chérif Diallo.

Considéré dans un passé récent comme un hameaux, la commune rurale de Kounsitel est en train, depuis la découverte de l'or, de devenir une grande agglomération convoitée.

Thierno Oumar Tounkara, de retour de Kounsitel,

Pour Africaguinee.com

Créé le Vendredi 12 août 2022 à 16:38