Marches contre la junte : Le FNDC durcit le ton après l'annonce de sa "dissolution"...

Guinée
Mobilisation du FNDC à Conakry, image d'archive
Mobilisation du FNDC à Conakry, image d'archive

BRUXELLES- Alors que le Gouvernement annonce sa dissolution, le front national pour la défense de la constitution (FNDC) a décidé de durcir le ton face à la Junte. Le mouvement citoyen qui a déclenché fin juillet la lutte pour le retour à l’ordre constitutionnel maintient ses séries de manifestations projetées en Guinée et à l’étranger.  

Le dimanche 14 août 2022, une mobilisation est prévue dans la capitale européenne, Bruxelles. Pour les organisateurs, cette marche est une alerte adressée la junte. Toutefois, ils n’excluent pas désormais de demander le départ du colonel Mamadi Doumbouya. Une nouveauté. Interrogé par Africaguinee.com, Aliou Baldé vice-coordinateur du FNDC à Bruxelles a expliqué les raisons qui les ont poussés à organiser cette manifestation dans la capitale européenne. 

"Nous faisons cette manifestation parce que c'est le seul moyen qui nous reste pour nous faire entendre. Nous avions crû au discours du colonel Doumbouya lorsqu'il a fait son coup-d'Etat. Nous avions pensé qu'il avait fait ce putsch comme il l'avait dit lui-même pour changer le système que nous avons combattu depuis 10 ans contre Alpha Condé. Malheureusement, ces derniers temps nous voyons que Alpha Condé est devenu un enfant de cœur aux yeux de Mamadi Doumbouya. Alors, c'est une situation que nous ne pouvons pas accepter. Nous n'avons pas lutté contre Alpha pour le remplacer par Mamadi Doumbouya. Puisque nous avons constaté qu'il a changé de direction, nous sommes obligés de nous opposer aussi à lui et de lui faire comprendre que nous sommes d'accord avec lui tant qu'il tient sa promesse", a expliqué le Vice-coordinateur du FNDC Belgique.

Après cette manifestation, des émissaires du FNDC (dissout par la junte) seront reçus à l’Union européenne, le mardi 16 août 2022, annonce M. Baldé précisant qu’ils exposeront tous les supports prouvant les violations des droits humains que la junte dirigée par le Colonel Mamadi Doumbouya est en train de faire en Guinée. 

"Nous allons dire aux députés européens que la junte a changé de direction. Nous irons avec les photos. Cette manifestation nous l'organisons un dimanche, ça c'est un message pour la junte. Mais le mardi 16 août, nous serons reçus à l'union européenne, nous allons leur montrer les photos et les supports des répressions que cette junte a fait ces derniers temps et leur dire ce qui est en train de se passer", a annoncé Aliou Baldé.

Ce responsable du FNDC en Belgique avertit qu’ils profiteront de l'occasion pour demander le départ du Colonel Mamadi Doumbouya du pouvoir. 

"Avec ces tueries qui recommencent, nous sommes obligés de demander son départ. Nous allons manifester en Guinée et partout dans le monde. Nous allons demander son départ carrément. Nous ne devons pas laisser un petit clan décider de vie et de mort, des libertés fondamentales des guinéens. Nous devons vivre comme des citoyens libres à l'instar des autres pays du monde. Des innocents sont tués, d’autres sont emprisonnés ou exilés, des domiciles sont violés…A un moment, il faut dire stop.

Donc, nous avons décidé de nous opposer à lui, de nous faire entendre en organisant cette manifestation devant le parlement européen, dire à l'union européenne ce qui est en train de se passer en République de Guinée, attirer leur attention sur les agissements de la junte. Nous ne pouvons pas négocier les libertés fondamentales aujourd'hui, il faut qu'il comprenne que nous sommes en 2022. On ne peut pas l’accepter. Il ne peut pas venir par les armes et retourner ces armes contre de pauvres citoyens guinéens et penser qu'on va rester tranquille en l'observant. Depuis le début, nous avons demandé un dialogue inclusif pour discuter sur la façon de gérer cette transition et ils ont refusé carrément", a dénoncé Aliou Baldé. 

Oumar Bady Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel : (00224) 666 134 023 

Créé le Mercredi 10 août 2022 à 13:04