Houleymatou Barry veuve de Mody Abdoulaye tué par balle à Hamdallaye : "Ce que mon époux m’a dit avant sa mort…"

Conakry
Madame Houleymatou Barry veuve de Mody Abdoulaye Barry
Madame Houleymatou Barry veuve de Mody Abdoulaye Barry

CONAKRY-Mody Abdoulaye Barry, 65 ans, originaire de la localité de Mity dans la préfecture de Dalaba a été tué par balles ce jeudi 28 juillet à Hamdallaye, dans la commune de Ratoma, en marge d’une manifestation interdite, appelant à un retour à l’ordre constitutionnel. Le sexagénaire a été touché par balle au niveau de la tête alors qu'il était assis dans une cour où il était parti travailler. Il laisse derrière lui une veuve et neuf enfants.

A Entag nord où la famille est mobilisée ce vendredi 29 juillet pour les condoléances d'usage, son épouse Madame Houleymatou Barry est inconsolable. Elle se souvient des derniers instants qu'elle a eu avec son époux. 

"C'est hier jeudi que je me suis séparée avec mon mari après la prière de l’aube. J'ai dit à monsieur Barry de ne pas sortir pour aller au boulot. Mais il m'a rassuré qu'il reviendra, sans savoir ce que le destin lui réservait. A 14h, je l'ai appelé pour avoir ses nouvelles, il m'a rassuré que tout allait bien, sauf qu'il souffrait de la fumée du gaz lacrymogène. Je lui ai demandé comment va-t-il avoir à manger dans cette situation ? Il m'a dit que ce n'était pas sa préoccupation. Il m'a dit de retenir les enfants à la maison, de ne pas les laisser sortir. Et qu'il allait s'arranger pour trouver à manger. A 17heures, j'ai rappelé pour prendre de ses nouvelles, mais il se trouvait qu'il était déjà mort. J'ai insisté pour l'avoir au téléphone sans succès. C'est à 19 heures qu'on m'a annoncé la triste nouvelle", a témoigné Mme Houleymatou Barry.

La veuve du défunt invite les autorités à leur remettre le corps pour procéder à son inhumation. 

"C'est à Hamdallaye, dans la Cour là où il était installé c'est là où une balle l'a trouvé. Je lui pardonne. Je veux qu'on restitue le corps de mon mari pour qu'il soit dignement enterré en ce vendredi, jour saint" a lancé Mme Barry. 

Mamadou Moussa Barry est le neveu du défunt. Il revient sur les circonstances de la mort de son oncle. 

Abdoulaye Barry c'est mon oncle. Il a été tué par balle alors qu'il n'était pas dans la manifestation. C'est vraiment inadmissible. C'est comme si nous sommes dans une jungle. C'est regrettable. Notre oncle a été touché par balle à son lieu de travail. Il a été transporté à l'hôpital Jean Paul II, il a trouvé la mort en cours de route ", a-t-il expliqué. 

Selon lui, la famille s'est mobilisée pour récupérer le corps afin de l'enterrer mais il leur a été fait savoir que ça ne serait pas facile parce qu'il faillait que l'autopsie soit faite pour déterminer les circonstances de la mort. 

Le coprs a été transporté à l'hôpital Ignace Deen. Nous sommes réunis ici en famille mais la Guinée, c'est vraiment pitoyable. On tue les gens comme ça et pour récupérer le corps c'est tout un problème", déplore Mamadou Moussa Barry. 

Pour ce proche de la victime, la famille n'a pas encore décidé si plainte sera faite contre les auteurs présumés. 

" On va porter plainte contre qui ? Tu portes plainte et tu ne sais pas quand ça va aboutir et pendant ce temps on n'a pas le corps. On a pris tout de même un avocat qui mène les démarches auprès de nous pour moins nous aider à récupérer le corps", explique-t-il sous le choc, déplorant que les mêmes pratiques continuent malgré le changement de régime.

Feu Abdoulaye Barry est mort à l'âge de 65ans. Il laisse derrière lui une veuve et neuf enfants. 

Siddy Koundara Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel: (00224) 664 72 76 28 

Créé le Vendredi 29 juillet 2022 à 14:23

TAGS