Échec sans précédent au bac : "Une réflexion d’urgence s’impose…", selon Cellou Dalein Diallo

Guinée
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG au milieu d'un groupe d'élèves
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG au milieu d'un groupe d'élèves

CONAKRY-Le taux élevé d’échec au baccalauréat session 2022 en Guinée, interpelle Cellou Dalein Diallo qui appelle à un sursaut national pour opérationnaliser les réformes nécessaires à l’émergence d’un système éducatif moderne et performant. Pour l’ancien premier ministre, ces résultats catastrophiques sont révélateurs de l’échec du système éducatif guinéen et non le reflet des élèves.

« Le taux d’échec sans précédent au Baccalauréat vient confirmer le constat d’une éducation nationale en panne. Loin d’être le seul reflet du niveau de nos élèves, les résultats catastrophiques des examens nationaux révèlent brutalement l’échec du système d’éducation nationale de notre pays », indiqué Cellou Dalein Diallo, dans un message transmis ce soir à Africaguinee.com.

Lorsque plus de la moitié des élèves échouent, il faut questionner la pertinence de nos programmes scolaires, l’efficacité des pratiques pédagogiques, le contenu des enseignements, la qualité de l’encadrement et surtout la formation et le niveau des enseignants, relève le leader de l’UFDG.

« Une réflexion d’urgence s’impose pour ne pas sacrifier l’avenir de notre jeunesse, accroître nos handicaps et creuser davantage les inégalités socio-économiques. Ce n’est pas à la jeunesse guinéenne de payer le prix de la mauvaise gouvernance du secteur de l’éducation », souligne l’ex premier ministre.

Le taux de réussite au baccalauréat de cette année est de 9%. Des résultats maigres qui soulèvent des réactions mitigées au sein de l’opinion.

Cellou Dalein Diallo avertit que « la base du développement, de la paix et de la fierté nationale est en train de s’écrouler pour longtemps ».  Selon lui, l’école guinéenne ne répond plus aux attentes de notre nation et aux exigences de notre émergence. De ces multiples échecs, c’est en réalité la Guinée qui perd, compromettant au passage son présent et son futur, note-t-il.

« Les mots me manquent pour consoler ces nombreux élèves et parents, victimes de l’obsolescence de notre système d’éducation. La profondeur du mal est telle que j’invite le gouvernement, la classe politique, les parents d’élèves, les acteurs du milieu de l’éducation et les experts à se donner la main pour tout d’abord faire un état des lieux de l’éducation nationale en Guinée et, ensuite, se réapproprier, réactualiser et opérationnaliser les réformes nécessaires à l’émergence d’un système éducatif moderne et performant. L’éducation est à un pays ce que le cerveau est pour l’être humain », a mentionné Cellou Dalein Diallo dans son message.

A suivre…

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Mardi 19 juillet 2022 à 21:03