Guinée : Tabou sur le retour « très discret » de Dadis Camara…

Guinée
Poignées de mains à Conakry entre Sékouba Konaté et Dadis Camara devant Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne, décembre 2021
Poignées de mains à Conakry entre Sékouba Konaté et Dadis Camara devant Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne, décembre 2021

CONAKRY- L’ancien chef de la junte militaire de 2008 est en Guinée depuis ce week-end. Moussa Dadis Camara a « discrètement » regagné Conakry, sans bruits. Toutefois, peu d’informations filtrent sur les contours de ce retour. Le sujet est tabou dans les milieux de l’élite politico-administrative.

« Dadis est bien en Guinée, je ne pourrai vous en dire plus », glisse une source gouvernementale. Même chez les plus proches de l’ancien dirigeant du CNDD (conseil national pour la démocratie et le développement), la nouvelle de son retour surprend. « C’est vous qui me l’apprenez, je ne suis pas au courant, la famille n’a pas été mise au courant, on apprend comme tout le monde, mais on ne l’a pas vu », confie un proche.

« Dadis Camara est guinéen comme nous tous. Il peut aller et venir comme tout citoyen libre de ses mouvements », nuance un autre membre de sa famille, précisant toutefois qu’il n’avait pas pu échanger avec « son frère ».

Le CNRD entretient le « silence » sur le retour de M. Camara, alors qu’en novembre dernier, il s’était amplement exprimé à travers une série de communiqués. Dans quel cadre l’ancien président est-il en Guinée ? Combien de jours durera son séjour ? Mystère. Cette fois-ci, la junte militaire au Pouvoir, n’a encore rien dit.

Arrivée au pouvoir en décembre 2008 par un coup d’Etat avec un groupe d’officiers, suite au décès du Général Lansana Conté, le capitaine Moussa Dadis Camara a dirigé la Guinée pendant un an. Son règne éphémère avait été marquée par le terrible massacre du 28 septembre 2009. Dossier dans lequel il est inculpé avec une dizaine de personnes dont des officiers de l’armée. Le 03 décembre de la même année, il avait été la cible d’un « attentat » de la part de son aide de camp Toumba Diakité (lui aussi inculpé et écroué depuis 2015).

Blessé à la tête, l’ex homme fort de Conakry avait été évacué vers le royaume chérifien. Après son séjour médical éclair au Maroc, il avait atterri au Burkina Faso pour (officiellement) poursuivre sa convalescence. Commence alors une longue traversée de désert pour lui. Écarté du Pouvoir, il vivra en exil forcé à Ouagadougou jusqu’à la chute d’Alpha Condé.

A la faveur de l’arrivée de Mamadi Doumbouya au Pouvoir, l’enfant de Koulé a pu rentrer en Guinée en décembre dernier, suite à une autorisation expresse de la junte. Il n’avait cependant pas pu arriver à N’Zérékoré, sa ville d’origine où il était pourtant très attendu.

Son bref séjour avait été marqué notamment par sa « réconciliation » avec le Général Sékouba Konaté, sous les auspices du tombeur d’Alpha Condé. Avant de prendre congé du colonel Mamadi Doumbouya, les deux anciens chefs d’Etat guinéen avaient fumé le calumet de la paix, enterrant définitivement la « hache de guerre ».

A suivre…

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Lundi 11 juillet 2022 à 19:08